DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

ANDRÉ DE LEIGNE, LOUISE-CATHERINE – Volume III (1741-1770)

décédée à Trois-Rivières le 16 janvier 1766

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Le jeune libéral : « rouge et séparatiste »


Wilfrid Laurier est un avocat et un journaliste. Libéral en politique, il est affilié au parti rouge et, initialement, s’oppose à la confédération canadienne. Tout au long de sa vie, il s’entoure d’amis et de conseillers.

Les amis et conseillers

En dehors des obligations attachées à sa vie publique, Wilfrid Laurier passe du temps en compagnie d’amis, comme Émilie Barthe (Lavergne), femme du monde avec qui il partage des loisirs et des confidences :

Émilie et Wilfrid étaient tombés en admiration réciproque après 1876. Mêmes intérêts littéraires, même anglophilie, même goût du dépassement, même sensibilité. Cette attirance se transforma en amour pour devenir la liaison la plus célèbre de l’histoire politique canadienne. Cette femme, qui n’aurait jamais de titres, subjugua Laurier à un point tel qu’elle fut pour lui, à certains moments, la confidente, l’intermédiaire et l’éminence grise, et ce, au vu et au su des deux conjoints, Zoé [Lafontaine] et Joseph [Lavergne].

 

Mais c’est le journaliste et auteur Laurent-Olivier David qui est devenu le plus grand confident de Laurier, et qui restera son ami et son fidèle conseiller tout au long de sa carrière politique. Les camarades se sont connus dans les années 1860, alors qu’ils militaient contre le projet de confédération [V. Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864] dans les pages du journal l’Union nationale de Médéric Lanctot. Voici ce qu’affirme la biographie de David :

C’est au sein de ce journal, qui cessera de paraître en novembre 1867, soit peu après l’entrée en vigueur de la Confédération, que David fait la connaissance de Wilfrid Laurier*. Leur amitié durera jusqu’à la mort de ce dernier.

 

Laurier prendra également soin de s’entourer de conseillers tel Charles-Alphonse-Pantaléon Pelletier. Celui-ci l’assistera au début de son mandat de premier ministre du Canada :

Quand Laurier prend le pouvoir à Ottawa en 1896, Pelletier est l’un de ses conseillers pour la formation du cabinet. Laurier sait qu’il peut compter sur lui.

 

Pour en savoir davantage sur les amis, les relations et les conseillers de Laurier, nous vous invitons à consulter les listes de biographies suivantes.

◀◀  1 3 4 5 6 7 8  ▶▶