DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

BIBAUD, FRANÇOIS-MAXIMILIEN – Volume XI (1881-1890)

né à Montréal le 23 octobre 1823

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

La vie à la Rivière-Rouge


Les conditions de vie souvent difficiles ont poussé plusieurs colons à exprimer leur mécontentement aux dirigeants de la colonie. Certains, comme le peintre Peter Rindisbacher et sa famille, sont définitivement partis :

[S]eules quelques peintures rendent compte de la situation de plus en plus désespérée qui était celle des compatriotes de Rindisbacher. Étant pour la plupart des artisans, ils n’étaient absolument pas préparés à affronter les privations d’une existence de fermiers à la colonie de la Rivière-Rouge. Les catastrophes d’origine humaine ou naturelle déjouaient les efforts maladroits qu’ils déployaient pour assurer leur subsistance. Petit à petit, ils se mirent à descendre vers le sud. Au printemps de 1826, une crue dévastatrice et une invasion de larves découragèrent les quelques irréductibles qui restaient, dont Pierre Rindisbacher. Le 11 juillet 1826, en compagnie de sa famille et d’autres colons suisses, il quitta la Rivière-Rouge ; il s’établit dans un endroit appelé Gratiot’s Grove (près de Darlington, Wisconsin).

 

Les biographies regroupées dans les listes suivantes permettent de prendre la mesure de ce signifiait, entre 1812 et 1870, vivre au quotidien à la Rivière-Rouge.

◀◀  8 9 10 11 12 13 14  ▶▶