DCB/DBC Mobile beta
+

Dans le cadre de l’accord de financement entre le Dictionnaire biographique du Canada et le Musée canadien de l’histoire, nous vous invitons à participer à un court sondage.

Je veux participer maintenant.

Je participerai plus tard.

Je ne veux pas participer.

J'ai déjà participé au sondage.

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

DAVIS, ALICE CATHARINE – Volume XIV (1911-1920)

décédée le 28 mars 1915 à Saint-Jean, Nouveau-Brunswick

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Le temps des retours : Cartier au lendemain des rébellions (1839–1848)
Titre original :  M930.50.7.267 | Palais de justice, Montréal | Gravure | John Henry Walker (1831-1899)

Provenance : Lien


Le retour au prétoire et la vie associative

Au début de 1839, George-Étienne Cartier est de retour à Montréal. Son exil terminé, il reprend la pratique du droit :

[En 1839], il se remettait à l’exercice du droit avec son frère François-Damien. Ce fut, jusqu’en 1848, sa grande période d’activité comme avocat.

 

Il poursuit dans les années 1840 la construction de son réseau professionnel et associatif, qui assurera son ascension sociale et politique jusqu’après la Confédération de 1867. Cette citation, tirée de la biographie du journaliste et avocat Joseph Royal, donne un exemple du réseau que Cartier parvient à édifier au fil des décennies :

En 1857, Royal entreprit son stage de droit au cabinet de George-Étienne Cartier*, qui comptait parmi ses clients les sulpiciens et la Compagnie du chemin de fer du Grand Tronc. Cartier était aussi le chef des conservateurs canadiens-français, les « Bleus », auxquels Royal allait se rallier en politique et dans la pratique du journalisme. D’ailleurs, la même année, il commença à écrire dans la Minerve, organe de Cartier et principal journal francophone de Montréal.

 

Pour en savoir davantage sur les relations professionnelles et la vie associative de Cartier au lendemain des rébellions des patriotes, nous vous invitons à explorer les listes de biographies suivantes.

◀◀  1 2 3 5 6 7 8  ▶▶