DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

LICHTENSTEIN, ELIZABETH – Volume VII (1836-1850)

née le 28 mai 1764 à Little Ogeechee, Géorgie

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

L’idée de gouvernement responsable au Bas-Canada et au Haut-Canada avant 1839
Titre original :  Historical Maps of Toronto: 1834 Alpheus Todd Engraved Plan of the City of Toronto

Provenance : Lien


Le principe de gouvernement responsable fut instauré en Grande-Bretagne durant le deuxième quart du xixe siècle, mais l’idée de responsabilité ministérielle individuelle, puis collective, y avait émergé dès le xviie siècle pour se développer au cours du siècle suivant. En Amérique du Nord britannique, cette idée prit forme au sein de la pensée politique whig. Des historiens canadiens, comme le biographe de l’avocat, homme politique, journaliste et juge Pierre-Stanislas Bédard, négligèrent parfois ce contexte et exagérèrent ainsi l’apport des partisans initiaux de l’idée au Bas et au Haut-Canada, parmi lesquels figure Bédard :

Pierre-Stanislas Bédard, dont le nom est intimement lié à la naissance des partis politiques au Canada et à celle du nationalisme québécois, a été le premier dans l’Empire britannique à formuler d’une façon cohérente la théorie de la responsabilité ministérielle.

 

On accorda une importance similaire à la pensée et aux initiatives de William Warren Baldwin, père de Robert, qui fut, entre autres, médecin, juge et homme politique :

Selon nombre d’historiens, l’apport le plus marquant de Baldwin à l’histoire du Canada et de l’Empire britannique fut l’idée d’un gouvernement responsable. D’autres ont souligné son rôle dans la transition qui, de 1822 à 1828 présume-t-on, amena les réformistes canadiens à passer de l’idée de responsabilité ministérielle (responsabilité légale, sanctionnée par l’impeachment, des ministres du roi devant le Parlement) à l’idée de gouvernement responsable (responsabilité de chaque ministre du cabinet devant la chambre élue).

 

Si les hommes qui souhaitaient l'instauration de la responsabilité ministérielle individuelle considérèrent la procédure d'impeachment – mise en accusation publique – comme un moyen d'atteindre leur objectif [V. Robert Nichol], la crainte de la rupture du lien impérial, au contraire, fut plus tard une des sources d’opposition à la forme de gouvernement responsable prônée par les Baldwin père et fils. Le ministre méthodiste, auteur et rédacteur en chef Egerton Ryerson rejetait leur conception :

Pour lui, le « gouvernement responsable » de Robert Baldwin* n’était qu’un premier pas vers l’indépendance. Ce régime visait à détruire le caractère mixte de la constitution en éliminant la prérogative de la couronne, cette dernière constituant le lien le plus évident entre la colonie et la métropole.

 

Les biographies regroupées dans les listes suivantes permettent d’en savoir davantage sur les diverses conceptions du gouvernement responsable et les débats autour de cette idée avant 1839.

Les opposants au gouvernement responsable au Bas-Canada
◀◀  5 6 7 9 10 11  ▶▶