DCB/DBC Mobile beta
+

GRANT, CUTHBERT, trafiquant de fourrures, fils de David Grant, de Letheredie (Highlands, Écosse), et de Margaret Grant, décédé à Kaministiquia (Thunder Bay, Ontario) en 1799.

Cuthbert Grant appartenait au clan Grant de Strathspey, dont certains membres participèrent activement à la traite des fourrures au Canada pendant les années 1770, et il fut l’un des premiers Nor’Westers à s’adonner à la traite dans la région de l’Athabasca. On ne connaît pas la date exacte de son arrivée au Canada, non plus, du reste, que ses premières activités. Peut-être accompagnait-il Peter Pond* à la rivière Athabasca en 1778, mais il n’apparaît pas nommément dans les documents avant que Pond l’envoyât, en 1785 ou 1786, établir un poste de la North West Company à l’embouchure de la rivière des Esclaves. Il entra en concurrence avec Laurent Leroux*, de la Gregory, MacLeod and Company, qui construisit un poste tout près, vers le même temps. Grant était dans la région de l’Athabasca en 1788, et l’existence parallèle des deux postes fut signalée par Alexander Mackenzie* en 1789 et par Peter Fidler* et Philip Turnor en 1791.

En 1793, Grant fit, avec son commis John Macdonell*, le voyage de Grand Portage (près de Grand Portage, Minnesota) jusqu’au confluent des rivières Souris et Assiniboine (Manitoba), où il établit le fort La Souris (également connu sous le nom de fort Assiniboine), premier poste de la North West Company dans cette région. Il devait concurrencer celui construit par d’anciens Nor’Westers devenus trafiquants de fourrures indépendants (pedlars). La même année, Donald Mackay, dit Le Malin, bâtit Brandon House, tout près de là, pour le compte de la Hudson’s Bay Company. En 1795, il y avait quelque 21 postes dans le district de la haute Assiniboine qui se disputaient le monopole de l’approvisionnement en fourrures et en pemmican. Grant avait la direction des sept postes de la North West Company. Son quartier général consistait, semble-t-il, en un poste situé au sud-ouest de l’actuel Togo, en Saskatchewan, et appelé tantôt Cuthbert Grant’s House ou l’ Upper House, tantôt fort de la Rivière Tremblante ou encore Aspen House. En 1795, grâce aux efforts d’Alexander Mackenzie, la North West Company fut réorganisée, et Grant en devint l’un des associés.

Grant passa l’hiver de 17971798 dans la région du fort Augustus (Edmonton), y remplaçant Duncan McGillivray*. Selon John McDonald*, de Garth, il était alors d’un âge moyen et trop peu actif pour ce district. Tombé malade au printemps de 1799, il mourut pendant qu’on le conduisait hors du pays de la traite des fourrures, probablement à Montréal où il avait envoyé son fils ainé James l’année précédente. Le garçon y avait été baptisé à l’église presbytérienne St Gabriel Street, au fonds de construction de laquelle Cuthbert Grant avait contribué.

Grant avait épousé une femme du district de la rivière Qu’Appelle, fille d’un trafiquant blanc et d’une Indienne de la nation crise ou assiniboine. Ce trafiquant était peut-être français, car quelques-uns des enfants de Grant furent associés à la communauté métisse de la Rivière-Rouge : Cuthbert* fut l’un des chefs à la bataille de Seven Oaks (dans l’actuelle ville de Winnipeg), en 1816, et Mary épousa Pierre Falcon*, le poète métis.

Hartwell Bowsfield

L’existence d’au moins deux autres Cuthbert Grant – l’un, marchand à Québec, l’autre à Trois-Rivières – a semé la confusion parmi les historiens. Par exemple, Wallace, dans Docs. relating to NWC, confond le sujet de cette biographie avec des Cuthbert Grant toujours vivants en 1801–1807.  [h. b.]

Les bourgeois de la Compagnie du Nord-Ouest (Masson).— Five fur traders of the northwest ; being the narrative of Peter Pond and the diaries of John Macdonnell, Archibald NMcLeod, Hugh Faries, and Thomas Connor, C. M. Gates, édit. ([2e éd.], St Paul, Minn., 1965).— Journals of Hearne and Turnor (Tyrrell).— Alexander Mackenzie, Voyages from Montreal on the River StLaurence through the continent of North America to the Frozen and Pacific oceans, in the years 1789 and 1793 [...] (Londres, 1801 ; nouv. éd., introd. par Roy Daniells, Edmonton, 1971).— New light on the early history of the greater northwest : the manuscript journals of Alexander Henry [...] and of David Thompson [...], Elliott Coues, édit. (3 vol., New York, 1897 ; réimpr., 2 vol., Minneapolis, Minn., 1965).— [David Thompson], David Thompson’s narrative, 1784–1812, R. [G.] Glover, édit. (nouv. éd., Toronto, 1962).— L. J. Burpee, The search for the western sea (2e éd., 2 vol., Toronto, 1935).— Davidson, NWC. Innis, Fur trade in Canada ; Peter Pond, fur trader and adventurer (Toronto, 1930).— M. A. MacLeod et W. L. Morton, Cuthbert Grant of Grantown, warden of the plains of Red River (Toronto, 1963).— Morton, History of Canadian west. Rich, History of HBC. H. R. Wagner, Peter Pond, fur trader & explorer ([New Haven, Conn.], 1955).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Hartwell Bowsfield, « GRANT, CUTHBERT (mort en 1799) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/grant_cuthbert_1799_4F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/grant_cuthbert_1799_4F.html
Auteur de l'article:   Hartwell Bowsfield
Titre de l'article:   GRANT, CUTHBERT (mort en 1799)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1980
Année de la révision:   1980
Date de consultation:   22 septembre 2014