DCB/DBC Mobile beta
+

COUTURE, GUILLAUME (il signait parfois Cousture), menuisier, donné des Jésuites, découvreur, interprète, diplomate, juge sénéchal, premier colon de Lévis, né vers 1616 à Saint-Godard-de-Rouen (Normandie), fils de Guillaume Couture et de Madeleine Mallet, décédé en 1701.

Il est impossible, d’après les documents connus, de fixer l’année de son arrivée en Nouvelle-France. Les Jésuites qui, dans leurs Relations, ne tarissent pas d’éloges sur son dévouement et son courage, ne fournissent aucun indice sur ce point. Les années 1639 et 1640 semblent les plus probables. Il peut avoir fait la traversée en même temps que René Goupil* et le père René Ménard*, au printemps de 1640, et s’être engagé comme aide des Jésuites avant son départ de France. Sa vocation de « donné » peut lui avoir été inspiree par Goupil, qui l’était déjà. Dans un acte du 26 juin 1641, signé à Québec, dans lequel il lègue à sa mère et à sa sœur les quelques biens immeubles que son père lui avait laissés en France, Couture se qualifie « domestique des révérends pères religieux de la Compagnie de Jésus de la mission des Hurons en la Nouvelle-France ». Il part peu après pour la Huronie, apportant divers effets pour les missionnaires. C’est la première de ses grandes randonnées. Il revient à Québec le printemps suivant, avec les pères Isaac Jogues* et Charles Raymbaut*, ce dernier gravement malade ; quelques chefs indiens, dont le célèbre Ahatsistari*, les accompagnent : en tout 25 voyageurs en 4 canots.

Quinze jours à peine après leur arrivée, Jogues et Couture, accompagnés cette fois de René Goupil, appareillent à nouveau pour le pays des Hurons. Il s’agit d’une expédition d’envergure, car les chefs indiens, venus à Québec en mission officielle, retournent en même temps qu’eux dans leur pays, assurés de la protection des autorités françaises contre leurs ennemis iroquois. Le 1er août 1642, 12 canots, portant une quarantaine de personnes, quittent Trois-Rivières. Le départ n’échappe pas à l’œil vigilant des sentinelles ennemies. Le premier soir du départ, à peine arrivé à l’entrée des Îles-du-Sud du lac Saint-Pierre, le convoi fait halte pour la nuit [V. Ahatsistari]. Le lendemain, à la pointe du jour, on va se mettre en route quand des éclaireurs décèlent sur la rive des pistes d’Indiens. On part quand même mais, moins d’une demi-heure plus tard, la petite troupe entendant des coups de feu regagne en hâte le rivage. Goupil, novice en forêt, est vite capturé. Jogues, qui s’est un instant caché dans les broussailles, se rend de lui-même aux Iroquois, afin de ne pas abandonner ses compagnons. Couture croit le missionnaire en lieu sûr et réussit à s’enfuir ; mais, ne le trouvant nulle part et ne voulant pas l’abandonner, il revient sur les lieux de l’embuscade. En cours de route, il rencontre cinq Iroquois ; l’un deux le couche en joue, mais manque la cible ; Couture tire à son tour et tue son adversaire. Les quatre autres le capturent et, comme le mort était leur chef, Couture connaît pour la première fois la vengeance indienne. On lui arrache les ongles, on lui brise les jointures puis on lui perce lentement la paume des mains. Un doigt est scié à l’aide d’un coquillage et Couture endure tout sans un cri ; non loin de là ses compagnons en font autant. Les prisonniers qui n’ont pas été tués sur-le-champ sont emmenés aux villages agniers où d’autres tortures les attendent. Tous sont mis à nu et doivent passer entre deux rangées d’hommes armés de fouets et de massues et qui les frappent à tour de rôle. Couture ouvre la marche de cette funèbre procession, qui recommence à chaque village.

Couture est abandonné, selon la coutume, à la famille du chef qu’il a tué, pour qu’elle dispose de lui comme elle l’entendra. On le fait assister au supplice atroce du chef Ahatsistari, dont il fournira plus tard les détails au père Jogues. Il est ensuite adopté par une veuve de la tribu, qui panse ses blessures et le traite bien. Il confessera par la suite à Jogues que, malgré les propositions qui lui ont été faites, il est resté fidèle à ses vœux de donné.

Le 29 septembre 1642, Goupil est assassiné. Jogues réussit à s’évader en novembre 1643, avec la complicité des Hollandais voisins, et à s’embarquer pour la France. Guillaume pourrait se joindre à lui, mais il ne veut pas compromettre la fuite du missionnaire et décide d’attendre une autre occasion. Il continue de se perfectionner dans la langue iroquoise, d’observer les mœurs, et surtout tente de percer les intentions des chefs. Il s’adapte bien à son nouveau genre de vie. Son attitude pacifique le met en confiance auprès des membres du conseil. Une Relation mentionne que « les Iroquois le tenaient parmi eux en estime et réputation comme un des premiers de leur nation. Aussi tranchait-il parmi eux du capitaine, s’étant acquis ce crédit par sa prudence et par sa sagesse ». Léo-Paul Desrosiers écrit avec justesse que « Couture est [...] le premier Français à conquérir une grande influence en Iroquoisie, après y avoir été adopté, et à jouer dans ce pays ennemi même un rôle favorable à la France. Comme plusieurs de ses successeurs [...], il s’élèvera chez ce singulier peuple de l’état de prisonnier à celui de chef ».

Ainsi, en juillet 1645, il accompagne le grand chef Kiotseaeton*, diplomate attitré de la. tribu des Agniers, à un conseil tenu à Trois-Rivières par le gouverneur général Huault* de Montmagny et François de Champflour*, commandant et gouverneur local. Couture est vêtu à l’iroquoise, comme ses compagnons. Il s’identifie, mais tous, y compris le père Jogues revenu de France depuis quelque temps, hésitent à le reconnaître, car on a perdu tout espoir de le revoir. « Si-toit qu’il fut reconnu, note la Relation de 1645, chacun se jetta à son col, on le regardoit comme un homme ressuscité qui donne de la joye à tous ceux qui le croyoient mort, ou du moins en danger de passer le reste de ses jours dans une tres-amere et tres-barbare captivité ».

C’est bien dans un désir sincère de paix que les Agniers ramènent leur précieux prisonnier, car Couture les a convaincus des intentions sympathiques des Français. Mais l’idée de ce dernier va encore plus loin ; il voudrait être l’instigateur d’une paix définitive entre toutes les nations indiennes et la colonie française. Dans ce but, il accepte de retourner avec les ambassadeurs iroquois pour les encourager à entamer des négociations sérieuses de paix avec les Hurons.

Revenu au printemps de 1646 de son ambassade chez les Agniers, Guillaume sollicite des Jésuites l’autorisation de rompre ses vœux de « donné », car il a l’intention de se marier : peut-être désire-t-il épouser une Iroquoise en vue de renforcer l’alliance entre les Indiens et les Blancs. Le supérieur Jérôme Lalemant* donne son consentement le 26 avril. Couture poursuit à Trois-Rivières et à Québec ses pourparlers de paix avec les chefs des diverses nations. Il est sur le point de réussir lorsque le père Jogues, qui en est à son deuxième séjour chez les Agniers depuis son évasion, et son compagnon Jean de La Lande* sont assassinés, le 18 octobre 1646. Les négociations sont rompues. Les Algonquins et les Hurons s’en réjouissent secrètement car ils vont conserver seuls l’amitié des Français. Couture, nullement découragé, se rend chez les Hurons en 1647 pour tâcher de renouer les traités d’alliance. Ses efforts sont vains, mais à son retour la population trifluvienne et les Indiens fidèles lui font fête, inspirés par le père Jacques Buteux* qui l’estime hautement et qui, dans un mémoire de 1652, l’appelle « le bon Couture ». Une semblable fête lui est réservée à Sillery, « avec la joie de tous les sauvages hurons, algonquins et anniéronons [Agniers ] », note le Journal des Jésuites.

En cette même année 1647, Couture s’associe à François Byssot* de La Rivière et va s’établir à Pointe-Lévy, en la seigneurie de Lauson. Il accepte de défricher un terrain et de bâtir pour son associé un corps de logis, ce dernier fournissant l’argent et les matériaux. À l’automne, la bâtisse est terminée ; Byssot donne 200# à Couture pour son travail, et lui permet de rester dans le logis jusqu’à ce qu’il ait terminé, sur un terrain voisin, sa propre maison. Le 15 octobre 1648, tous deux obtiennent du seigneur Jean de Lauson* leur titre officiel de concession. Le 18 novembre 1649, Couture épouse Anne, une des trois sœurs Esmard, venues ensemble de Niort, en Poitou : Barbe épousa Olivier Letardif* et Madeleine, Zacharie, le fils de Zacharie Cloutier*. La cérémonie du mariage, présidée par l’abbé Le Sueur*, a lieu « en la maison du dit sieur Couture à la pointe de Lévi », dit le registre de catholicité de Québec.

Bien que Couture soit désireux de rester tranquille sur son bien et de le faire fructifier, sa connaissance des langues indiennes et son expérience de la vie des bois sont souvent mises à profit par les autorités. On ne peut douter qu’il ait fortement inspiré le père Buteux dans la partie de la relation détaillée que ce religieux fit de la captivité du père Jogues. À part quelques Hurons, il en fut le seul témoin. En 1657, il est réclamé comme interprète pour l’établissement d’une mission chez les Onontagués, mission que cette tribu a elle-même réclamée. En 1661, Couture accepte de participer avec les pères Gabriel Druillettes* et Claude Dablon*, Denis Guyon et François Pelletier, à une expédition envoyée par le gouverneur Voyer d’Argenson à la découverte de la mer du Nord. Les guides indiens, redoutant la présence d’Iroquois dans les parages, abandonnent les Français à la ligne de partage des eaux. Deux ans plus tard, il accepte la proposition du gouverneur Dubois* Davaugour de prendre le commandement d’une expédition pour accompagner « les Sauvages du côté du nord jusques et si longtemps qu’il le jugera à propos pour le service du Roy et le bien du pays : et pourra aller ou envoyer hyverner avec eux, s’il y trouve sa sûreté et quelque avantage pour le bien public ». Il s’agit d’une expédition d’envergure : trouver une route intérieure vers la mer du Nord. Deux Français, Pierre Duquet*, plus tard notaire, et Jean Langlois, charpentier de navires, accompagnent Couture ; les autres sont des Indiens : en tout 44 canots. Dans une déclaration assermentée qu’il fit en 1688, Couture retrace l’itinéraire suivi : le groupe part à la mi-mai de Québec, s’engage dans la rivière Saguenay, arrive au lac Mistassini le 26 juin. Une tempête soudaine laîsse un pied de neige. Le groupe continue sa route, arrive à une rivière [Rupert] « qui se décharge dans la mer du Nord ». Les Français ne peuvent poursuivre leur route, car les guides indiens ne veulent pas aller plus loin. Couture l’affiirme en 1688 : il n’a pu, en 1663, se rendre à la mer du Nord. Tout de même cette téméraire expédition lui a permis de connaître la vaste région au nord du Saint-Laurent, peuplée de tribus indiennes de mœurs bien différentes et plus pacifiques que les Iroquois et les Hurons. En 1665 il s’entend avec Charles Amiot*, Noël Jérémie* et Sébastien Prouvereau, pour accompagner le père Henri Nouvel qui va évangéliser les Papinachois. L’année suivante, il est délégué par le gouverneur en Nouvelle-Hollande pour protester contre le meurtre de deux officiers français par les Agniers. Il se rend chez les Iroquois et les somme de livrer les meurtriers, les menaçant d’une expédition punitive. Il revient à Québec le 6 septembre avec deux Agniers, dont l’un était le chef du groupe qui avait tué le lieutenant Chazy.

Cet épisode marque la fin de la carrière aventureuse de Guillaume Couture. Par la suite il ne quitte guère son domaine de la Pointe-Lévy. Le recensement de 1667 l’y situe, avec sa femme et 9 enfants. Il a 20 arpents en culture et 6 bêtes à cornes. Il exerce tour à tour ou cumule les charges les plus importantes de la seigneurie : capitaine de milice, greffier, « juge sénéchal de la côte de Lauzon ». Selon un acte de Nicolas Métru du 16 novembre 1684, il aurait fait aussi office de notaire. En 1675 il sollicite pour la seigneurie, où les censitaires commencent à être nombreux, un curé résident. Il ne l’obtiendra qu’en 1690, étant donné la rareté de prêtres. Par ces différentes sources, on sent qu’il est l’âme de la seigneurie naissante. Pourtant, au recensement de 1681, il ne se donnait que l’humble titre de menuisier.

On ne peut que paraphraser sur les dernières années de sa vie, qui furent celles d’un colon ordinaire des premiers temps. L’attaque de Québec par Phips* en 1690 mit les habitants de la rive sud sur un pied d’alerte. Il est probable que l’ancien héros ne s’en désintéressa pas, mais on ne possède aucun détail précis sur sa participation aux projets de défense. Les archives du Conseil souverain ont conservé les détails de mésententes survenues parfois entre Couture et Byssot, d’autres fois entre les deux pionniers et les autres censitaires de la seigneurie. L’analyse de ces documents démontre que Couture ne semblait pas d’un caractère commode et qu’il entendait faire reconnaître ses droits. Selon ces mêmes documents, il paraît avoir outrepassé ses prérogatives de juge et de capitaine de la seigneurie. Malgré tout, il est appelé à quelques reprises à siéger au Conseil souverain en raison de l’absence des membres réguliers. Entre-temps, la plupart de ses dix enfants se sont alliés à des gens de bonne lignée. Ainsi, Marie épousa en 1678 François Vézier, et Claude Bourget cinq ans plus tard, Marguerite s’unit en 1680 à Jean Marsolet, fils de Nicolas Marsolet* de Saint-Aignan, et Louise épousa en 1688 Charles-Thomas Couillard de Beaumont.

Sa femme, Anne Esmard, est inhumée à Pointe-Lévy le 15 janvier 1700. Le 28 juin suivant, Guillaume Couture reconnaît devoir au « puisné de ses fils », Joseph-Oger Couture, sieur de La Cressonnière, la somme de 600# pour avoir assisté ses père et mère durant les six dernières années, * même longtemps avant ». Le 14 novembre 1701 * lieu l’inventaire des biens de « deffunts Mr Guill Couture vivant juge senechal de la Coste de Lauzon et de Damle Anne hemard ». Il est donc mort avant cette date, et on ignore l’endroit où ce héros des premiers temps de la colonie a été inhumé.

Raymond Douville

AJQ, Greffe de François Genaple, 28 juin 1700 ; Greffe de Michel Lepailleur, 14 nov. 1701 ; Greffe de Martial Piraube, 26 juin 1641.— JJ (Laverdière et Casgrain), passim.— JR (Thwaites), passim.— Jug. et délib., I : 417, 438, II : 674.— Ici ont passé (« Publ. de la Société historique du Saguenay », II, Chicoutimi, 1934).— Jean Delanglez, Louis Jolliet (Montréal, 1950).— Léo-Paul Desrosiers, Iroquoisie (Montréal, 1917).— Archange Godbout, Les pionniers de la région trifluvienne (Trois-Rivières, 1934).— J.-E. Roy, Guillaume Couture, premier colon de la Pointe-Lévy (Lévis, 1884).— Francis-L. Talbot, Un Saint parmi les Sauvages (Paris, 1937).— Lucien Campeau, Un site retrouvé, RHAF, VI (1952–53) : 31.— Jean Côté, L’institution des donnés, RHAF, XV (1961–62) : 344–378.— Archange Godbout, Les trois sœurs Esmard, MSGCF, I (1945) :197–200.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Raymond Douville, « COUTURE, GUILLAUME (mort en 1701) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/couture_guillaume_1701_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/couture_guillaume_1701_2F.html
Auteur de l'article:   Raymond Douville
Titre de l'article:   COUTURE, GUILLAUME (mort en 1701)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   2 octobre 2014