DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :  Letardif, Olivier (signature)

Provenance : Lien

LETARDIF, OLIVIER, interprète, commis général de la Compagnie des Cent-Associés, juge prévôt de la seigneurie de Beaupré, né en Bretagne, dans le diocèse de Saint-Brieuc, vers 1604, décédé à Château-Richer en 1665.

Letardif est à Québec au moins dès 1621, puisqu’il signe le procès-verbal de l’assemblée des notables ; sa présence est ensuite signalée de temps à autre jusqu’en 1629. Il est alors sous-commis des de Caën ; « experimenté aux langues » montagnaise, algonquine et huronne, il sert aussi d’interprète. En juillet 1629, c’est lui qui, suppléant Francois Gravé Du Pont malade, remet à Lewis Kirke les clefs de l’Habitation.

On le retrouve à Québec à partir de 1633, promu commis général des Cent-Associés et faisant à l’occasion office d’interprète et de témoin. C’est l’époque où Letardif collabore au travail missionnaire : il appuie les Jésuites, sert de parrain à des indigènes, administre même le baptême et, fidèle à l’exemple de Champlain, adopte trois jeunes Indiens. En mai 1637, il obtient, conjointement avec Jean Nicollet (qui devient peu après son beau-frère), la terre dite de Belleborne, dans la banlieue de Québec (160 arpents en roture). En avril 1646, il acquiert un huitième de la seigneurie de Beaupré. Devenu membre de la Compagnie de Beaupré, avec le titre de « procureur général et spécial », il accorde, en 1650 et 1651, une vingtaine de concessions.

En 1653, Letardif cède sa propriété de Belleborne, qui deviendra la châtellenie de Coulonge, et obtient une terre à Château-Richer où il s’établit. À partir de ce moment, semble-t-il, et jusqu’en 1659, il exerce la charge de juge seigneurial de Beaupré ; sa « caducité précoce » lui aurait fait négliger ses fonctions. Le 13 avril 1662, il vend son fief dans la seigneurie de Beaupré. L’ancien collaborateur des de Caën, de Gravé Du Pont, de Champlain et du jésuite Paul Le Jeune meurt à Château-Richer en janvier 1665 et y est inhumé le 28.

Letardif avait d’abord épousé, le 3 novembre 1637, Louise Couillard, âgée de 13 ans, fille de Guillaume Couillard ; devenu veuf en novembre 1641, il épousa, le 16 mai 1648, à La Rochelle, Barbe Esmard, veuve de Gilles Michel et belle-sœur de Zacharie Cloutier fils. Du premier mariage, on ne connaît qu’un enfant ; trois autres naquirent du second. Olivier Letardif est l’ancêtre des Letardif ou Tardif d’Amérique.

Marcel Trudel

ASQ, Documents Faribault, passim. ; Registre A, passim. ; Seigneuries, III : 10 ; Séminaire VI : passim. ; XXXV : 25A, 27–27L ; XXXVI : 1, 11 ; XXXVII : 3, 4.— Champlain, Œuvres (Biggar), V : 95, 209 ; VI : 62s.— Du Creux, History (Conacher), I : 176, 319, 359.— JR (Thwaites).— Jug. et délib.— P.-G. Roy, Inv. concessions, I : passim.— Sagard, Histoire du Canada (Tross), I : 83.— A.-Émile Ducharme, Olivier Le Tardif, MSGCF, XII (1961) : 4–20.-A. Godbout, Origine d’Olivier Le Tardif, MSGCF, IX (1958) : 151.-Amédée-E. Gosselin, Olivier Letardif, juge-prévôt de Beaupré, MSRC, XVII (1923), sect. i : 1–16.— Léon Roy, La Famille Michel-dit-Taillon, BRH, LII (1946) : 373–379.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Marcel Trudel, « LETARDIF, OLIVIER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/letardif_olivier_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/letardif_olivier_1F.html
Auteur de l'article:   Marcel Trudel
Titre de l'article:   LETARDIF, OLIVIER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   2 septembre 2014