DCB/DBC Mobile beta
+

ANDERSON, WILLIAM JAMES, médecin, géologue amateur et historien, né de parents écossais le 2 novembre 1812, sur un bateau, au large des côtes danoises, mort de la tuberculose à Québec le 15 mai 1873. Il se maria et semble avoir eu une fille.

William James Anderson fit ses études de médecine à Édimbourg et obtint les titres de docteur en médecine et de chirurgien diplômé. Dans les années 1830, il vivait dans les Maritimes comme jeune médecin et son goût pour l’histoire l’amena à se rendre fréquemment dans la province de la Nouvelle-Écosse. Dans la baie de Chignecto et à South Joggins, il visita des exploitations minières. La santé d’Anderson s’altéra lors d’une épidémie de typhus, en 1847, à Pictou. Il quitta alors les Maritimes et la profession médicale et dirigea une scierie à Borelia, Haut-Canada. Dans les années 1850, il vint s’établir à Toronto.

Après un bref retour dans les régions minières des Maritimes, il s’établit dans la ville de Québec en 1860, où il exerça de nouveau la médecine. D’autres centres d’intérêt attirèrent son attention. Grâce à des articles de journaux traitant de l’exploitation de gisements aurifères, il fit la connaissance en 1862 du docteur James Douglas*, qui comme lui se passionnait pour l’exploitation des mines et était membre de la Société littéraire et historique de Québec. À la tête d’une partie des membres de la société, Anderson la fit renaître, ranima son intérêt pour la recherche et la publication de documents sur Québec, et restaura sa bibliothèque et son musée. Il fit sa première communication à la société en novembre 1863 ; ses premiers articles dans les Transactions traitaient des gisements aurifères en Nouvelle-Écosse et dans le monde, et du bitume à la pointe de Lévy. Il continua ses publications dans ce domaine.

Lors d’un voyage en Nouvelle-Écosse en 1862, il avait visité les régions de l’Acadie et consulté les Provincial Archives à Halifax. À partir de 1866, il se mit à publier une série d’articles historiques importants dans les Transactions de la Société littéraire et historique ; l’historiographie fut l’un de ses thèmes favoris. Certains de ses articles portaient sur la vie du duc de Kent et reproduisaient de ses lettres qui étaient en la possession de la famille de Salaberry (le fils de Charles-Michel d’Irumberry* de Salaberry, le « vainqueur de Châteauguay », avait été l’un des patients d’Anderson). Anderson aborda plusieurs autres sujets : Évangéline (le sous-titre de l’article « The poetry and prose of history », indique bien l’intention de l’auteur), la capitulation de Jean-Baptiste-Nicolas-Roch de Ramezay* en 1759 (l’article analyse en détail les différences entre le récit français et le récit anglais de cet événement), le siège de Québec par Richard Montgomery* et Benedict Arnold* en 1775–1776. Pour écrire ces articles, Anderson utilisa les archives de Halifax, s’arrangea pour faire venir des documents de Halifax à Québec et de Grande-Bretagne au Canada. Tandis qu’il faisait partie du bureau de direction de la Société littéraire et historique, il encouragea la publication de deux séries de Historical Documents (1866, 1871) et sa dernière publication en 1872 préconisait la création d’un dépôt d’archives au Canada. Il fut l’ami d’autres historiens de la période de la Confédération, tels que François-Xavier Garneau*, Jean-Baptiste-Antoine Ferland*, Philippe Aubert de Gaspé et James MacPherson Le Moine*. En sa qualité de président de la société, il fit connaître à ses membres Francis Parkman*, Joseph Howe et Louis-Joseph Papineau.

Les nécrologies mentionnent « l’air digne » d’Anderson, « sa longue barbe blanchie par les soucis », « son élocution lente et mesurée » et son humour écossais. Ses nombreuses publications révèlent son énergie, la diversité de ses intérêts et son attrait pour la recherche historique.

Elizabeth Waterston

W. J. Anderson, The Archives of Canada, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., IX (1872) : 117 ; Canadian history ; the siège and blockade of Quebec, by Generals Montgomery and Arnold in 1775–1776, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., IX (1872) : 49 (tiré à part, Québec, 1872) ; Curiosities of Canadian Literature : Washington and Jumonville, The Canadian monthly and national review (Toronto), III (1873) : 55 ; Evangeline and the Archives of Nova Scotia, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., V (1870) : 5 ; Gold fields of Nova Scotia, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., II (1864) : 35 ; The gold fields of the world, our knowledge of them, and its application to the gold fields of Canada (Québec, 1864) ; The life of F.M., H.R.H. Edward, Duke of Kent, illustrated by his correspondence with the de Salaberry family, never before published, extending from 1791 to 1814 (Ottawa et Toronto, 1870) ; The lower St. Lawrence, its scenery, navigation and commerce, forming a complete tourist’s guide (Québec, 1872) ; Military operations at Quebec from the capitulation by De Ramesay on 18th September, 1759, to raising the siege by De Levis between the night of the 17th and the morning of the 18th May, 1760, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., VII (1870) : iii ; On Canadian history and biography, and passages in the lives of a British prince and a Canadian seigneur, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., V (1867) : 15 ; On the coal-like substance or « altered Bitumen » found in the excavations at Fort No. 3, Point Levis, and the presently accepted théories on the origin of coals, bitumens and petroleum springs, with an account of the Carboniferous system of British North America, Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., IV (1866) : 19 ; Opening address – « review of the past year, moving accidents by flood and field », Trans. of the Lit. and Hist. Soc. of Que., nouv. sér., VIII (1871) : 5.— [James Murray], Journal of the Siège of Quebec, 1759–1760, by General Jas. Murray (« Lit. and Hist. Soc. of Que. », Historical Documents, D. 6., 3e sér., Québec, 1871).— Recueil de ce qui s’est passé en Canada au sujet de la guerre, tant des Anglais que des Iroquois, depuis l’année 1682 (« Lit. and Hist. Soc. of Que. », Historical Documents, D. 6., 3e sér., Québec, 1871).— Morning Chronicle (Québec), 18 mai 1873.— Quebec Daily Mercury, 18 mai 1873.— The centenary volume of the Literary and Historical Society of Quebec, 1824–1924, Henry levers, édit. (Québec, 1924).— Index to the lectures, papers, and historical documents published by the Literary and Historical Society of Quebec [...], F. C. Wurtele et J. W. Strachan, compil. (Québec, 1927), 30, 46, 47.— List of historical documents and new séries of « Transactions » published by the Literary and Historical Society of Quebec (Québec, 1927).— Morgan, Bibliotheca Canadensis.— Les disparus, William-James Anderson, BRH, XXXV (1929) : 620.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Elizabeth Waterston, « ANDERSON, WILLIAM JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/anderson_william_james_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/anderson_william_james_10F.html
Auteur de l'article:   Elizabeth Waterston
Titre de l'article:   ANDERSON, WILLIAM JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   21 septembre 2014