DCB/DBC Mobile beta
+

LE VERRIER DE ROUSSON, LOUIS, officier dans les troupes de la Marine, né le 11 avril 1705 à Montréal, fils de François Le Verrier* de Rousson et de Jeanne-Charlotte de Fleury Deschambault, décédé en France, en ou après 1789.

Comme son père, Louis Le Verrier de Rousson se joignit aux troupes de la Marine, servant tout d’abord à titre d’enseigne réformé jusqu’à ce que ce grade soit aboli en Nouvelle-France en 1722. Il devint ensuite enseigne en second, enseigne en pied en 1731 et lieutenant en 1739. Au cours de cette année, il accompagna le baron Charles Le Moyne* de Longueuil dans la vallée du Mississippi lors de sa campagne contre les Chicachas.

Lorsque Vaudreuil [Rigaud] se mit à courtiser la mère de Le Verrier, veuve depuis 1732 – il l’épousera en 1746 – , ce dernier vit la fortune lui sourire. En 1742, Vaudreuil, nommé gouverneur de la Louisiane, obtint la permission de l’amener avec lui en qualité d’officier. Le Verrier devint capitaine en 1744 et, pendant la plus grande partie des dix années suivantes, il servit dans la garnison de La Nouvelle-Orléans.

Au début des années 1750, Le Verrier était l’un des capitaines les plus expérimentés en Louisiane, néanmoins, il suivit Vaudreuil en France en 1753. Le 1er février 1754, il fut créé chevalier de Saint-Louis et reçut la croix de l’ordre de Vaudreuil lui-même. Et lorsque ce dernier accéda au poste de gouverneur général de la Nouvelle-France en 1755, Le Verrier obtint d’être muté dans les troupes de la Marine. Lors des premières campagnes de la guerre de Sept Ans, il servit avec LÉvis au lac Champlain. Il souffrit de rhumatisme pendant l’été de 1756, et Vaudreuil, avec sollicitude, suggéra à Lévis que Le Verrier se rétablirait mieux dans le confort de Montréal.

De 1757 à l’été de 1759, Le Verrier, gratifié de 2 000# et chargé du contrôle du commerce local des fourrures, commanda le fort Saint-Joseph (Niles, Michigan). Il réussit à envoyer plusieurs contingents de guerriers indiens à Montréal ; cependant, une épidémie de petite vérole ainsi que l’action des agitateurs britanniques parmi les tribus entravèrent le bon fonctionnement du poste. Au début de 1758, Vaudreuil essaya de faire nommer Le Verrier major de Québec, pour succéder à Jean-Daniel Dumas, mais il se trouva gêné par ses propres dispositions, ayant déjà recommandé Pierre-Paul Margane de Lavaltrie. Il proposa en remplacement une pension pour Lavaltrie. On émit la commission en janvier 1759, et Le Verrier revint de l’Ouest cet été-là. Il dut être présent au moment du siège de la capitale par Wolfe*, mais son rôle lors de la défense de la ville et lors des opérations suivantes qui entraînèrent la chute du Canada est inconnu.

Après la Conquête, Le Verrier partit pour la France où il continua de chercher à obtenir de l’avancement par l’entremise de son beau-père. Mais Vaudreuil étant absorbé par ses propres difficultés à cette époque, il est peu probable que Le Verrier obtînt grand-chose. En 1767, il résidait à Paris. Il vivait encore en 1789, apparemment célibataire. Même s’il avait servi dans plusieurs régions et avait obtenu, de ce fait, un grade et une position, il semble avoir manifesté un talent médiocre. Sa réussite fut attribuable aux bonnes grâces du marquis de Vaudreuil.

Donald Chaput

AN, Col., D2C, 48 ; 58, f.23 ; 59 ; 222.— Huntington Library, Loudoun papers, LO 16 ; LO 36 ; LO 259 ; LO 261.— APC Report, 1905, I, vie partie : 283.— Coll. clos manuscrits de Lévis (Casgrain), VIII : 31–33.— The French regime in Wisconsin – III, R. G. Thwaites, édit., Wis., State Hist. Soc., Coll., XVIII (1908) : 184, 205, 210.— Notes sur MM. Leverrier, père et fils, BRH, XXXV (1929) : 288–291.— Æ. Fauteux, Les chevaliers de Saint-Louis, 156.— Le Jeune, Dictionnaire, II : 544.— Tanguay, Dictionnaire, V : 395.— P.-G. Roy, Les deux Leverrier, BRH, XXIII (1917) : 3–13.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Donald Chaput, « LE VERRIER DE ROUSSON, LOUIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/le_verrier_de_rousson_louis_4F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/le_verrier_de_rousson_louis_4F.html
Auteur de l'article:   Donald Chaput
Titre de l'article:   LE VERRIER DE ROUSSON, LOUIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1980
Année de la révision:   1980
Date de consultation:   20 octobre 2014