DCB/DBC Mobile beta
+

HART, ADOLPHUS MORDECAI, avocat et auteur, né le 11 avril 1814 à Trois-Rivières, fils d’Ezekiel Hart* et de Frances Lazarus, petit-fils d’Aaron Hart*, décédé le 23 mars 1879 à Montréal et inhumé à Trois-Rivières.

Adolphus Mordecai Hart entreprit l’étude du droit et travailla quelque temps comme clerc dans le bureau du procureur général du Bas-Canada, Charles Richard Ogden*. Le 19 mai 1836, il fut admis au Barreau du Bas-Canada. En compagnie de son oncle, Benjamin Hart* et du fils de ce dernier, Aaron Philip Hart, Adolphus Hart participa au mouvement des années 30 qui visait à l’obtention de droits égaux pour les Juifs du Bas-Canada et qui, tout particulièrement, cherchait à permettre aux Juifs de prêter le serment exigé pour devenir juge de paix en omettant les mots « sur la vraie foi chrétienne ». En 1832, un projet de loi accordant aux Juifs des droits et des privilèges fut mis à l’étude, et, en 1834, la chambre d’Assemblée forma un comité spécial pour examiner cette question. Hart présenta son témoignage, qui fut inclus dans le rapport du comité.

En 1836, alors qu’il était encore étudiant, Hart, par l’intermédiaire de Bartholomew Conrad Augustus Gugy, porta plainte auprès de l’Assemblée contre les agissements du juge Edward Bowen*. La plainte était fondée, mais elle était présentée de façon tellement exagérée, à ce qu’on dit, que l’Assemblée ne voulut pas s’en saisir. Louis-Michel Viger* et Amable Berthelot* furent autorisés à faire une enquête ; le 10 mars 1836 le comité des griefs trouva le juge coupable.

La famille de Hart avait sa résidence à Trois-Rivières. Louis-Joseph Papineau y vint en 1836 à l’occasion d’un dîner, et, chose à souligner, presque tous les citoyens anglais éminents de la ville refusèrent l’invitation. Après les troubles de 1837–1838, Hart ouvrit un bureau d’avocat et il défendit plusieurs personnes qui avaient été mêlées à la rébellion. En 1837, au cours du procès d’un « rebelle », il avait été mis à l’amende pour mépris de cour. En 1839, il plaida en faveur de Joseph-Guillaume Barthe*, étudiant en droit et journaliste, ainsi que de Richard Cook, sellier, tous deux de Trois-Rivières et qu’on avait arrêtés pour avoir répandu dans le public une adresse aux exilés des Bermudes.

Au début des années 40, Hart résidait à Montréal et son nom figure dans la liste des membres de la synagogue. En 1846, il est enseigne dans le 3e bataillon de la milice. Le 12 décembre 1844, il avait épousé Constance Hatton Hart, la fille de son oncle Benjamin Hart ; de ce mariage naquirent trois filles et deux fils, dont l’un, Gerald Ephraim Hart*, est connu comme historien, bibliophile et numismate. Constance Hatton Hart est l’auteur de l’ouvrage intitulé Household receipts ; or domestic cookery by a Montreal Lady, qui connut une seconde édition en 1867.

Hart émigra aux États-Unis en 1850. Il milita en faveur du parti démocrate dans l’état de New York ; en 1854, lors de la campagne que mena Horatio Seymour, candidat au poste de gouverneur, il soutint ce dernier de ses écrits. Il écrivit également plusieurs ouvrages à partir de 1850. Notons en particulier son History of the discovery of the valley of the Mississippi (1852), l’une des premières études sur le sujet. L’auteur s’adresse à des lecteurs moyens et sa narration s’arrête à l’année 1748. L’ouvrage connut deux éditions en 1852, et, dans une édition subséquente parue en 1853, le récit couvre une plus longue période. En 1854, Hart publia Uncle Tom in Paris ; or views of slavery outside the cabin. Il fit paraître également, sous son nom ou sous un nom d’emprunt, des études sur le papier-monnaie et sur le problème de l’alcool. Il continua d’écrire après qu’il fut retourné au Canada en 1857 et qu’il eut repris la pratique du droit à Montréal. En 1867, il publia Practical suggestions on mining rights and privileges in Lower Canada. On lui attribue un ouvrage publié en 1871 et intitulé The political state and condition on Her Majesty’s Protestant subjects in the province of Québec ; on rapporte que l’édition fut achetée par le gouvernement et détruite.

Adolphus Hart fut frappé d’apoplexie alors qu’il défendait une cause au tribunal et il mourut quelques jours plus tard. Le Barreau de Montréal au complet et la plupart des magistrats étaient dans les rangs de l’escorte qui accompagnait sa dépouille à la gare ; un deuil d’un mois fut observé au barreau. Alexander Abraham de Sola* présida à la cérémonie funéraire qui eut lieu à Trois-Rivières.

David Rome

Adolphus Mordecai Hart a publié trois ouvrages sous le pseudonyme de Hampden : A few thoughts on the liquor question (New York, 1854) ; The impending crises (New York, 1855) ; The political state and condition on Her Majesty’s Protestant subjects in the province of Quebec (since confederation) (Toronto, 1871). Il est de plus l’auteur de History of the discovery of the valley of the Mississippi (1re éd., St Louis, Missouri, 1852 ; nouv. éd, Cincinnati, Ohio, 1853) ; History of the issues of paper-money in the American colonies, anterior to the revolution, explanatory of the historical chart of the paper-money of that period (St Louis, Missouri, 1851) ; Life in the far west ; or, the comical, quizzical, and tragical adventures of a Hoosier (Cincinnati, Ohio, [1850]) ; Practical suggestions on mining rights and privileges in Canada ; with an appendix containing the gold mining regulations [...] (Montréal, 1867) ; Uncle Tom in Paris ; or, views of slavery outside the cabin (Baltimore, Maryland, 1854).

McCord Museum, Hart papers.— Journal of the House of Assembly of Lower Canada, 1834, app. GG.— Le Journal des Trois-Rivières, 31 mars 1879.— Morgan, Bibliotheca Canadensis.— P.-G. Roy, Les avocats de la région de Québec.— M. H. Stern, Americans of Jewish descent ; a compendium of genealogy (Cincinnati, Ohio, [1960]).— Wallace, Macmillan dictionary.— Fauteux, Patriotes.— V. B. Rhodenizer, Canadian literature in English (Montréal, 1965).— David Rome, Jews in Canadian literature ; a bibliography (2e éd., 2 vol., Montréal, 1964), I : 1–3.— Benjamin Sulte, Pages d’histoire du Canada (Montréal, 1891), 401–432.— J.-P. Tremblay, À la recherche de Napoléon Aubin (« Vie des lettres canadiennes », 7, Québec, 1969), 41–43.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

David Rome, « HART, ADOLPHUS MORDECAI », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 28 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/hart_adolphus_mordecai_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/hart_adolphus_mordecai_10F.html
Auteur de l'article:   David Rome
Titre de l'article:   HART, ADOLPHUS MORDECAI
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   28 août 2014