DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

BOUCHER, GENEVIÈVE – Volume III (1741-1770)

née à Boucherville le 19 août 1676

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Winnipeg : émergence d’un noyau urbain
Titre original :  Main Street 1871 by E.J. Hutchins (1970) | by Manitoba Historical Maps

Provenance : Lien


La biographie de l’homme d’affaires Henry McKenney rappelle la genèse de la future capitale du Manitoba :

En 1862, [McKenney] vendit son hôtel à George Emmerling et, au mois de juin, toujours avec Schultz comme associé en second, il construisit un magasin plus vaste à l’intersection de la piste de Portage-la-Prairie et de la route principale qui reliait Upper Fort Garry et Lower Fort Garry. Il subit les moqueries des vieux colons qui trouvaient l’endroit trop isolé, mais d’autres personnes ne tardèrent pas à s’établir dans le voisinage. McKenney devint ainsi le fondateur de Winnipeg ; son magasin était situé là où se trouve de nos jours le coin des rues Portage et Main.

 

Tôt dans sa vie, l’homme d’affaires, spéculateur foncier et homme politique Alexander Logan a participé à l’essor de Winnipeg, dont il a dirigé les destinées à une époque faste de son histoire :

Tant en raison de sa naissance que de son mariage, Alexander Logan occupait une place privilégiée dans l’élite commerciale et sociale de Winnipeg. C’est sur des terrains qui appartenaient à son père, marchand et fonctionnaire en vue, que s’érigea le quartier des affaires de la ville naissante […] Il avait commencé à travailler à 16 ans sur la propriété et au magasin de son père ; à 24 ans, il héritait du domaine « princier » de son père, situé sur la pointe Douglas. Pendant le boom économique des années 1870 et 1880, il subdivisa le domaine et devint millionnaire grâce à la spéculation foncière.

La fortune et les intérêts immobiliers de Logan contribuèrent fortement à sa carrière dans la politique municipale. Il fit partie du conseil municipal de Winnipeg en qualité d’échevin de 1874 à 1878, puis de maire en 1879, 1880, 1882 et 1884. Ce fut l’une des périodes où la croissance de la ville fut le plus rapide, et parmi les projets qui allaient favoriser l’essor et la prospérité de Winnipeg, il n’y en eut guère auquel il ne participa point directement.

La question ferroviaire domina les six premières années de la carrière politique de Logan. Au début des années 1870, les Winnipegois s’inquiétaient de savoir quel trajet le chemin de fer transcontinental allait emprunter […] La décision finale, à savoir que la ligne principale du chemin de fer canadien du Pacifique passerait par Winnipeg, semblait garantir que la ville deviendrait la plaque tournante de l’activité commerciale du Nord-Ouest […]

Logan remporta sa troisième élection à la mairie en décembre 1881 sur la foi d’un programme de réforme municipale. Sa réputation d’« insurpassable promoteur » s’accrut beaucoup durant son mandat de 1882. Avec ses conseillers, il travailla à attirer des immigrants afin de faire de Winnipeg le « port du Nord-Ouest ». En partie grâce à la campagne municipale de publicité, et à celles des gouvernements fédéral et provincial, la ville connut une expansion spectaculaire : en 1882 seulement, la population passa de 9 000 à 14 000 habitants.

 

La croissance de Winnipeg se poursuivra au cours des années 1880, stimulée par le développement du réseau ferroviaire et du commerce des céréales, et par les initiatives des hommes d’affaires et des hommes politiques. Le marchand Nicholas Bawlf en est un bel exemple :

Si un homme symbolisa le progrès qui fit de Winnipeg le centre céréalier de l’Ouest canadien, ce fut Nicholas Bawlf [… En 1877], comme bon nombre de jeunes de sa génération, il partit pour l’Ouest dans l’espoir d’y trouver de meilleures perspectives d’avenir. Établi à Winnipeg avec sa femme, il ouvrit d’abord un commerce de farine et de nourriture d’animaux dans la rue Main sud, puis, quelques années plus tard, il s’installa dans de plus vastes locaux rue Princess. Il fut l’un des premiers marchands de la ville à manutentionner et traiter du cuir cru […]

Bawlf fit sa marque et son argent dans le commerce des céréales. Dans les années 1880, ses activités s’étendaient au delà de Winnipeg. En 1883, avec d’autres, il chercha à établir un marché central ou une bourse où la vente et l’achat de blé pourraient se faire plus efficacement. Cette première tentative échoua parce que le réseau de transport était incomplet, parce que les entrepôts convenables manquaient et parce qu’une gelée, en septembre, avait endommagé la récolte de l’année.

Quatre ans plus tard, comme le chemin de fer canadien du Pacifique était achevé et que les exportations provinciales de blé avaient connu une hausse spectaculaire (de 2 millions de boisseaux en 1883 à 4 millions en 1886), les marchands de Winnipeg s’essayèrent à nouveau. Grâce à l’expansion du chemin de fer, Winnipeg était devenu le centre du réseau de transport de l’Ouest. Un plus fort volume de blé transiterait donc par la ville pour y être inspecté et pourrait donc être négocié sur un marché public. Le 24 novembre 1887, dans les locaux de la Chambre de commerce de Winnipeg, à l’hôtel de ville, 11 importants marchands de céréales, dont Bawlf, créèrent la Winnipeg Grain and Produce Exchange, qui allait avoir une longue vie.

 

Les biographies suivantes permettent d’en savoir davantage sur des commerçants, des négociants et des investisseurs qui, particulièrement durant les années 1860, ont amorcé le développement de Winnipeg.

◀◀  12 13 14 15 16 17 18 19 20  ▶▶