DCB/DBC Mobile beta
+

VONDENVELDEN, WILLIAM, traducteur, arpenteur, fonctionnaire, imprimeur et homme politique, né vers 1753 dans la province de Hesse-Kassel (état de Hesse, République fédérale d’Allemagne), fils d’Isaac Vondenvelden et de Marie Young ; le 24 octobre 1801, il épousa à Québec Marie-Suzanne Voyer, et ils eurent un enfant ; décédé le 20 juin 1809 à Québec.

William Vondenvelden arrive devant Québec en juin 1776 avec le corps des chasseurs de Hesse-Hanau dans lequel il détient le grade d’adjudant-lieutenant. Il quitte l’armée entre 1777 et 1782 ; il s’établit à Québec où il devient, en 1782, traducteur au journal la Gazette de Québec, propriété de William Brown*. En septembre de l’année suivante, il obtient une commission d’arpenteur et ouvre un bureau dans sa maison de la rue Champlain, où il dispense aussi des cours d’arpentage, de mathématiques et de français. En janvier 1785, il lance une souscription dans le but de faire publier son ouvrage « The Canadian surveyor, or a treatise on surveying of lands », manuscrit qui avait reçu l’approbation de l’arpenteur général de la province, Samuel Johannes Holland. Malgré la publicité parue notamment dans la Gazette, Vondenvelden ne peut recruter suffisamment de souscripteurs pour en assurer la parution.

En 1786, Vondenvelden reçoit une commission de juge de paix du district de Gaspé et s’installe à New-Carlisle. L’année suivante, il devient greffier de la Cour des plaids communs et greffier de la paix du même district. En même temps, il exerce sa profession d’arpenteur. En 1789, il lève le plan de l’île Bonaventure. L’administration provinciale, voulant ouvrir des terres au sud du Saint-Laurent, fait appel à des arpenteurs d’expérience, dont Vondenvelden qu’elle engage en 1793. Cette année-là, il s’établit définitivement à Québec.

En 1793, avec l’appui du marchand de Québec John Jones, Vondenvelden commande l’équipement nécessaire à la mise sur pied d’une imprimerie qu’il installera au 21, rue de la Montagne. Le décès de Samuel Neilson*, propriétaire de la Gazette, et la disparition du Quebec Herald, Miscellany and Advertiser de William Moore*, survenus au début de l’année, incitent Vondenvelden et Jones à lancer un nouvel hebdomadaire. Le premier numéro du Cours du tems/Times paraît le 4 août 1794. Malgré les bonnes intentions de Vondenvelden, le Cours du tems n’est pas un journal d’opinion. Avec une prudence extrême, Vondenvelden exerce un contrôle certain sur les textes. Il assure les autorités britanniques de son appui, tout en se montrant indépendant des partis politiques. Des annonces, des textes officiels ainsi que des extraits de journaux étrangers remplissent les huit pages de chaque numéro. Le 13 mai 1795, Jones se dissocie de l’entreprise en cédant tous ses intérêts à Vondenvelden moyennant £342. Dès le 27 juillet, ce dernier annonce la fin de son hebdomadaire à cause du nombre restreint d’abonnés.

Vondenvelden ne cesse pas pour autant d’exercer son métier d’imprimeur. Le 27 août 1795, il est nommé imprimeur officiel des lois par le gouverneur lord Dorchester [Guy Carleton]. Déjà en 1794, il avait imprimé les lois adoptées au cours de la deuxième session de la première législature. À partir de sa nomination, 600 exemplaires des lois votées durant les sessions de chaque législature sont imprimés sous forme de fascicules avec une page de titre. En 1796, Vondenvelden installe son imprimerie rue des Pauvres (côte du Palais) et travaille surtout pour le compte du gouvernement qui lui verse cette année-là £472 pour les frais d’impression et le coût du papier. En plus, il imprimera une trentaine de livres et de brochures jusqu’au moment de la vente de son atelier à Pierre-Édouard Desbarats* et à Roger Lelièvre, le 23 mai 1798.

Vondenvelden, qui avait été nommé arpenteur général adjoint en 1795, continue d’exercer sa profession d’arpenteur. Le 16 juillet 1798, il s’associe avec Louis Charland afin d’imprimer une carte topographique du Bas-Canada, accompagnée d’un livre. Leur carte, inspirée en grande partie de celle préparée par Samuel Gale* et Jean-Baptiste Duberger* en 1794–1795, sera publiée à Londres en 1803 sous le titre : A new topographical map of the province of Lower Canada [...]. Elle constitue la première carte imprimée du Bas-Canada et tient compte des meilleurs principes topographiques. Leur livre, paru la même année à Québec et intitulé Extraits des titres des anciennes concessions de terre en fief et seineurie [...], fournit une description sommaire de l’emplacement des seigneuries ainsi que leur date de concession. Le succès de cette entreprise sert d’inspiration à Joseph Bouchette* pour la préparation de son édition de cartes et de son ouvrage A topographical description of Lower Canada, paru en 1815.

Le 20 juin 1799, Vondenvelden est nommé inspecteur des chemins, rues et ruelles de la ville de Québec et, à ce titre, responsable des travaux de voirie. À l’automne de 1800, il se porte candidat dans la circonscription de Gaspé et remporte la victoire avec une majorité de 113 voix devant John Mure*, un des chefs de la bourgeoisie d’affaires britannique. À la chambre d’Assemblée, il appuie le parti canadien. Ce geste lui attire des ennuis, et il doit démissionner de son poste d’inspecteur, le 21 mai 1801. Au cours de l’hiver de 1802–1803, il séjourne à Londres, surveillant l’impression de sa carte du Bas-Canada. Aux élections de 1804, il lui semble plus prudent de se retirer de la vie politique.

À partir de 1804, William Vondenvelden s’occupe activement de son bureau d’arpentage installé en face du jardin du château Haldimand dans la haute ville de Québec. Il meurt le 20 juin 1809, à la suite d’un accident de voiture. Il laisse à sa veuve et à son fils William une succession constituée surtout de dettes actives ainsi que de nombreuses propriétés foncières acquises, pour la plupart, selon le système des chefs et associés de canton [V. James Caldwell]. De fait, il possédait au total 56 400 acres réparties dans les cantons de Thetford, Compton, Kildare, Marston, Kingsey, Clinton, Wentworth et Buckland.

John E. Hare

William Vondenvelden a publié, en collaboration avec l’arpenteur Louis Charland, A new topographical map of the province of Lower Canada compiled from all the former as well as the latest surveys [...] (Londres, 1803). Cette carte topographique était accompagnée d’un livre intitulé Extraits des titres des anciennes concessions de terre en fief et seineurie, faites avant et depuis la Conquête de la Nouvelle France par les armées britanniques dans la partie actuellement appellée le Bas-Canada [...], ouvrage compilé par les deux mêmes auteurs et publié à Québec en 1803.

ANQ-Q, CE1-61, 24 oct. 1801, 22 juin 1809 ; CN1-92, 24 oct. 1801 ; CN1-99, 29, 30 août 1809 ; CN1-230, 16 juill. 1798 ; CN1-256, 13 mai 1795 ; CN1-262, 23 mai 1798.— La Gazette de Québec, 10 juill. 1794, 25 juin, 3 sept., 24 déc. 1795, 23 août 1798, 20 juin 1799, 1er sept. 1808, 22 juin 1809.— Almanach de Québec, 1788–1810.— Beaulieu et Hamelin, La presse québécoise, 1 : 11s.— Benjamin Sulte, « Trois noms », BRH, 1 (1895) : 40–42.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

John E. Hare, « VONDENVELDEN, WILLIAM », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 5, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/vondenvelden_william_5F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/vondenvelden_william_5F.html
Auteur de l'article:   John E. Hare
Titre de l'article:   VONDENVELDEN, WILLIAM
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 5
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1983
Année de la révision:   1983
Date de consultation:   30 octobre 2014