DCB/DBC Mobile beta
+

ADHÉMAR DE LANTAGNAC, GASPARD (baptisé Gaspard-Balthazar), officier dans les troupes de la Marine, lieutenant de roi à Montréal, né dans la principauté de Monaco le 3 mars 1681, fils d’Antoine Adhémar de Lantagnac et de Jeanne-Antoinette de Truchi (Truchy), décédé à Montréal le 7 novembre 1756.

Les origines de la famille Adhémar remontent à l’époque de la première croisade ; au xviie siècle, la branche des Lantagnac avait à sa tête Pierre Adhémar et son épouse, Anne, sœur de Philippe de Rigaud* de Vaudreuil, qui devint gouverneur général du Canada en 1703. Leur second fils, Antoine, père de Gaspard, fut nommé gouverneur de Menton, pour le prince de Monaco, en 1701.

En 1702, Gaspard, âgé de 21 ans, s’engagea dans un régiment de la maison du roi. Incapable d’acheter un grade de capitaine, il s’embarqua pour le Canada en 1712. Il dut attendre jusqu’en 1715 pour qu’un poste d’enseigne s’ouvre à lui, mais neuf mois seulement après cette promotion il passa au rang de lieutenant. En 1720, il fut l’objet d’une dispute entre Mgr de Saint-Vallier [La Croix*] et son grand-oncle, le gouverneur Vaudreuil. Le lieutenant, âgé de 39 ans, était amoureux de Geneviève-Françoise, fille du conseiller Mathieu-François Martin* de Lino. Quoique Lino fût un citoyen en vue, lui et sa femme n’appartenaient pas à la noblesse, étant d’origine bourgeoise. Par conséquent, Vaudreuil ne tarda pas à manifester sa désapprobation au Conseil de Marine et à l’évêque. Ce dernier n’en bénit pas moins le mariage du couple le 7 mars 1720. Vaudreuil considéra l’entêtement de son petit-neveu et l’assentiment de l’évêque comme un affront à son autorité et nomma Adhémar à l’île Royale (île du Cap-Breton) en 1721.

L’année suivante, Adhémar, alors en permission, se rendit en France, où il porta à la cour des lettres de Vaudreuil et de l’intendant Bégon qui le recommandaient à un poste de capitaine. Mais ni leur demande ni celle du prince de Monaco ne reçurent de réponse. Pourtant, en 1726, les efforts du prince influencèrent le conseil, qui approuva finalement la promotion d’Adhémar.

En 1728, Adhémar demanda pour cinq ans l’assistance financière du roi pour une fabrique de tuiles qu’il avait commencé à mettre sur pied sur la rive nord, à une lieue en amont de Québec. L’année suivante, on y transporta gratuitement deux ouvriers, mais avant que le projet ne fût achevé, Adhémar partit en service au fort Chambly. Une partie de son matériel fut utilisée par Nicolas-Marie Renaud d’Avène Des Méloizes qui possédait sa propre usine de tuiles.

Les années que le commandant Adhémar passa à Chambly, quoique avantageuses du point de vue financier, furent loin d’être entièrement heureuses. Son épouse mourut alors qu’il approchait de la soixantaine, le laissant avec huit jeunes enfants. Il se fixa à Québec, où, en 1742, il fut décoré de la croix de Saint-Louis. Le 6 mars 1748, à l’âge de 67 ans, il devint major de Montréal, puis, 14 mois plus tard, lieutenant de roi dans la même ville. C’est à ce titre qu’il remplaça en 1752 par intérim le gouverneur de Montréal, Charles Le Moyne de Longueuil ; lorsque celuici mourut en 1755, Adhémar était trop âgé pour être nommé gouverneur en titre. Il se retira le 17 mars 1756, avec une pension de 2 000#.

Son seul fils à parvenir à l’âge adulte, Pierre-Gaspard-Antoine, servit dans les troupes de la Marine en Louisiane, passa neuf ans en captivité chez les Cherokees et alla s’établir en France en 1765. L’une de ses sept filles, Anne, épousa en 1741 Augustin-Antoine de La Barre, officier dans les troupes de la Marine, tandis que les six autres se vouèrent au service d’autrui dans les communautés religieuses de la Congrégation de Notre-Dame et des ursulines, à l’Hôpital Général de Québec et à l’Hôtel-Dieu de Montréal.

C. J. Russ

AJQ, Registre d’état civil, Notre-Dame de Québec, 7 mars 1720.— AN, Col., C11A, 43 ; 63.— ANQ, Greffe de J.-É. Dubreuil, 3 mai 1721.— C.-J.-E. de Boisgelin. Esquisses généalogiques sur les familles de Provence (Draguignan, Aix-en-Provence, 1900).— Caron. Inventaire de documents, RAPQ, 1941–1942, 200.— Fauteux, Les chevaliers de Saint-Louis, 137.— Le Jeune, Dictionnaire.— P.-G. Roy, Les officiers détat-major, 119123.— Tanguay, Dictionnaire.— Jules Villain, La France moderne ; grand dictionnaire généalogique, historique et biographique (4 vol., Montpellier, 19061913), I : 403417.— J.-N. Fauteux, Essai sur lindustrie, I : 165167.— P.-G. Roy, La famille Adhémar de Lantagnac (Lévis, 1908) ; La ville de Québec, I : 482.— Guy Frégault, Un cadet de Gascogne : Philippe de Rigaud de Vaudreuil, RHAF, V (19511952) : 40.— P.-G. Roy, Les gouverneurs de Montréal, BRH, XI (1905) : 171.— Henri Têtu, Le chapitre de la cathédrale de Québec et ses délégués en France, BRH, XVI (1910) : 263, 301.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

C. J. Russ, « ADHÉMAR DE LANTAGNAC, GASPARD », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/adhemar_de_lantagnac_gaspard_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/adhemar_de_lantagnac_gaspard_3F.html
Auteur de l'article:   C. J. Russ
Titre de l'article:   ADHÉMAR DE LANTAGNAC, GASPARD
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   24 novembre 2014