DCB/DBC Mobile beta
+

SECOUDON (Secondon, Chkoudun), sagamo ou chef de tous les Indiens de la rivière Saint-Jean lorsque Champlain et Du Gua de Monts découvrirent ce cours d’eau en 1604, mort avant 1616.

On a dit qu’il était chef « etchemin », mais les Indiens de la rivière Saint-Jean portent de nos jours le nom de « Malécites ». Il était alors installé dans un village appelé Ouygoudy (ou Menagoueche, selon Ganong) et situé du côté ouest du port actuel de Saint-Jean. D’après la description qu’en fait Lescarbot, qui visita l’endroit en 1607, Ouygoudy était entouré d’une forte palissade à l’intérieur de laquelle se trouvaient de nombreuses habitations dont l’une, aussi spacieuse qu’une halle, logeait plusieurs familles.

En 1605, Secoudon conduisit Champlain à un affleurement de minerai de fer sur la baie des Mines (Minas Basin), et plus tard il aida Champlain et ses compagnons dont la pinasse avait fait naufrage. Il servit aussi de guide aux Français dans deux voyages le long du littoral de la Nouvelle-Angleterre. En 1606, Jean de Biencourt de Poutrincourt découvrit Secoudon et Messamouet en train de troquer avec les Indiens de la région de la Penobscot des objets qu’ils avaient obtenus des Français.

À l’époque où Lescarbot visita Ouygoudy, Secoudon avait rassemblé une troupe guerrière qui comprenait des Indiens venus de loin ; il y en avait même de Gaspé. Avec Membertou, qui s’était fait une réputation à Port-Royal, il se préparait à une attaque contre les Armouchiquois de la Nouvelle-Angleterre.

Le père Biard fut fort impressionné par l’intérêt évident de Secoudon pour la civilisation française et par le fait que, pour imiter les Français, il avait érigé une croix devant son habitation et en portait une au cou. Il assistait aussi aux offices divins et faisait montre d’une grande piété.

En 1616, le père Biard fait mention de Secoudon comme étant déjà mort.

W. Austin Squires

Champlain, Œuvres (Biggar), I.— Lescarbot, Histoire (Grant), II.— JR (Thwaites), I, III.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

W. Austin Squires, « SECOUDON », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/secoudon_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/secoudon_1F.html
Auteur de l'article:   W. Austin Squires
Titre de l'article:   SECOUDON
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   2 septembre 2014