DCB/DBC Mobile beta
+

RALLUAU (Ralleau), JEAN, explorateur et secrétaire de Du Gua de Monts ; circa 1604–1615.

Il se joignait à l’expédition de de Monts en 1604, comme secrétaire du chef de la mission. Peu après l’arrivée de l’expédition en Acadie, de Monts décida d’attendre à Port-au-Mouton son second navire ; Ralluau et Champlain saisirent cette occasion pour faire un bref voyage d’exploration vers le Sud. À la fin d’août, Ralluau était renvoyé en France pour annoncer aux associés de de Monts dans la compagnie de commerce qu’une colonie avait été fondée à l’île Sainte-Croix (Dochet Island) et pour prendre des dispositions en vue de l’envoi d’approvisionnements au début du printemps suivant. Il rentra en Acadie à bord du navire de ravitaillement en 1605, puis accompagna de Monts à son retour en France vers la fin de la même année. Il partit de La Rochelle le 13 mai 1606 à bord du Jonas, chargé de transporter des approvisionnements et un groupe d’hommes, parmi lesquels se trouvaient Marc Lescarbot et Jean de Biencourt de Poutrincourt. À Canseau, il débarqua du Jonas et il réussit à retrouver les colons de Port-Royal qui, désespérant de recevoir des secours, retournaient en France.

L’année suivante, c’est à Jean Ralluau que de Monts confia le soin d’aller apprendre à Port-Royal que la compagnie avait perdu ses droits exclusifs de traite et que les colons devaient abandonner l’établissement, mais Ralluau constata que Chevalier l’avait précédé avec la nouvelle. Il est ensuite question de Ralluau à l’occasion d’un voyage qu’il entreprit avec Angibault, dit Champdoré, de nouveau à Port-Royal en 1608 pour y faire la traite et examiner l’état de l’établissement à la suite de la prolongation du monopole de de Monts pour une autre année. Au cours du même voyage, il remonta la rivière Saint-Jean sur une distance d’une cinquantaine de lieues à la recherche de Secoudon, chef des Indiens de la région. Lui et ses compagnons furent probablement les premiers Européens à explorer la Saint-Jean sur une distance appréciable. Ils fournirent une bonne description du pays et de sa végétation.

En 1612, il était mis en cause, avec de Monts, dans des procès au sujet d’approvisionnements destinés à la traite des fourrures en Amérique. En 1615, Ralluau surveillait à Paris les intérêts de la Compagnie du Canada tout en remplissant les fonctions de secrétaire de M. de Sillery. Il possédait à cette époque la procuration de Champlain pour agir au nom de ce dernier dans un différend fort compliqué au sujet du commerce des fourrures avec Samuel Georges, Jean Macain et autres.

George MacBeath

Champlain, Œuvres (Biggar).— Lescarbot, Histoire (Grant), II : 240.— Huguet, Poutrincourt, 203, 234.— Robert Le Blant et Marcel Delafosse, Les Rochelais dans la vallée du Saint-Laurent (1599–1618), RHAF, X (1956–57) : 346s.— Pierre Du Gua, sieur de Monts, records : colonial and « Saintongeois », ed. W. I. Morse (London, 1939), 62–64, 73s., 82.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

George MacBeath, « RALLUAU, JEAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/ralluau_jean_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/ralluau_jean_1F.html
Auteur de l'article:   George MacBeath
Titre de l'article:   RALLUAU, JEAN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   21 novembre 2014