DCB/DBC Mobile beta
+

LEECH, PETER JOHN, soldat, astronome, arpenteur, explorateur, trafiquant de fourrures, fonctionnaire et juge de paix, né vers 1828 à Dublin, fils de Peter Leech et d’une prénommée Susan ; en 1873, il épousa à Victoria, Colombie-Britannique, Mary Macdonald, et ils eurent une fille ; décédé le 6 juin 1899 à ce dernier endroit.

On sait peu de chose sur Peter John Leech avant qu’il ne s’enrôle dans le génie royal, vers 1855. Après son entraînement dans l’Ordnance Survey, il s’engagea comme volontaire dans le British Columbia Detachment, sous les ordres du colonel Richard Clement Moody*. Arrivé à Victoria le 29 octobre 1858, il travailla pendant cinq ans comme « observateur et calculateur en astronomie » au service topographique, à New Westminster. Leech passa la plus grande partie de cette période à l’observatoire du British Columbia Detachment, et ne fit que des relevés occasionnels sur le terrain.

Lorsque son unité fut rappelée en novembre 1863, Leech, alors second caporal, demanda son congé et resta dans la colonie. Il travailla sous contrat pour le département des Terres et des Travaux publics à New Westminster, et participa à plusieurs levés d’exploration et expéditions privés. Commandant en second et astronome de l’expédition d’exploration de l’île de Vancouver qui, en 1864, recensa les ressources du sud de l’île [V. Robert Brown], il prit part l’année suivante à l’expédition d’exploration au lieudit Big Bend, dont la mission était de tracer une route du fort Kamloops (Kamloops) aux gisements aurifères nouvellement découverts sur le fleuve Columbia. En 1866, la Western Union Telegraph Company fit appel à ses services pour la ligne qu’elle construisait vers l’Europe en passant par la Colombie-Britannique, l’Alaska et l’Asie. Craignant que le câble transatlantique dont on avait terminé l’installation en juillet ne devienne hors d’usage comme le précédent, la compagnie veilla à ce que l’on aménage la ligne terrestre de New Westminster jusqu’à Kispiox, en Colombie-Britannique, pour le mois d’octobre. Cet hiver-là, Leech explora la région désolée qui s’étend entre la rivière Nass et le fleuve Stikine. Cependant, le câble transatlantique tint le coup, et on abandonna le projet par voie de terre [V. Thomas Elwyn*].

Leech revint probablement à Victoria en juin 1867. Vers la fin de cette année-là ou au début de 1868, la Hudson’s Bay Company lui demanda de déterminer si le poste de traite qu’elle exploitait à l’embouchure du Stikine se trouvait en territoire britannique. La vente de l’Alaska aux États-Unis par la Russie avait mis fin à l’entente de longue date selon laquelle la Hudson’s Bay Company pouvait établir des postes sur le sol russe. Leech constata que l’emplacement se trouvait à une vingtaine de milles en aval de la frontière ; par conséquent, on le déplaça en juin 1868. Il revint encore une fois à Victoria et demeura au service de la Hudson’s Bay Company durant environ 14 ans, d’abord comme chef d’avant-poste, puis à titre de commis et, enfin, de responsable du poste d’Esquimalt.

Après la fermeture de ce poste au printemps de 1883, Leech proposa ses services comme arpenteur municipal à Victoria et obtint sa nomination le 12 mars 1884. Il devint membre de l’Institution of Civil Engineers et construisit pour sa famille une grande maison avec vue sur Beacon Hill. Après la mort de sa femme en 1892, il retourna à une clientèle privée d’arpenteur. Il fut nommé juge de paix au moment où il se trouvait à Bella Coola pour faire les levés d’un village.

Peter John Leech ne vit pas son talent pour les mathématiques diminuer avec l’âge. Peu avant sa mort en 1899, il publia une série de tables astronomiques simplifiées. Son journal et ses rapports rendent compte de son importante contribution à l’exploration et au tracé des cartes de la Colombie-Britannique, mais ils révèlent malheureusement peu de chose sur sa personnalité. Si on se souvient de lui, c’est probablement surtout parce qu’il fut membre de l’expédition d’exploration de l’île de Vancouver, expédition qui avait permis de découvrir de l’or en quantités rentables dans un affluent de la rivière Sooke. L’affluent et la ville minière qui s’y développa portent tous deux son nom.

John D. Spittle

Une recherche approfondie dans les documents du génie royal conservés au PRO n’a pas permis de mettre au jour les états de service de Peter John Leech.  [j. d. s.]

Le compte rendu officiel de l’expédition à l’île de Vancouver, [Robert Brown], Vancouver Island ; exploration, 1864 (Victoria, [1865]), renferme des travaux de Leech. La table astronomique simplifiée que Leech avait préparé peu de temps avant sa mort a paru sous le titre de Table for finding the hour angle without logarithms ([Victoria, 1898]). Ses souvenirs de l’époque où il travaillait pour la Western Union Telegraph Company parurent en édition posthume sous le titre de « The pioneer telegraph survey of British Columbia », British Columbia Mining Record (Victoria et Vancouver), 5 (1899), no 8 : 17–26.

AN, RG 31, C1, 1881, Victoria.— C.-B., Ministry of Health (Victoria), Vital statistics, Victoria, 1875, 1899 ; Ministry of Lands, Parks and Housing (Victoria), Legal surveys vault, P. J. Leech, field-books and maps (non catalogués pour la plupart) ; RE FB no 29 (Leech, field-book and map of Big Bend, 1865) ; Townsites, 16T3 (Leech, sketch of townsite, head of Bute Inlet, 1863).— EEC, Diocese of British Columbia Arch. (Victoria), Christ Church Cathedral (Victoria), reg. of marriages, 1873 (mfm aux PABC).— PABC, C/AB/30.7M2, P. J. Leech, 12 sept. 1865 ; E. Conway telegram, 4 juin 1866 ; GR 1372, F 1313, particulièrement Parsons à Moody, 1er janv. 1860 ; Parsons à Airy, 17 juill. 1860.— PAM, HBCA, A.1⅛3 : fo 435 ; B.226/b/34 : 213 ; B.226/b/35 : fos 828–829 ; B.226/b/46-2 : fo 451 ; B.226/g/16–30.— Victoria City Arch., City Council minutes, 1884–1893, particulièrement 12 mars 1884.— C.-B., Lands and Works Dept., Report of the operations of the Lands and Works Department of British Columbia in the year 1865 (New Westminster, C.-B., 1866).— É.-U., Senate doc., 58th Congress, 2nd session, no 162, 24 janv. 1903, Proceedings of the Alaskan Boundary Tribunal, convened at London [...], 4, part. ii : 72–73.— Frederick Whymper, Travel and adventure in the territory of Alaska, formerly Russian America – now ceded to the United States – and in various other parts of the north Pacific (Londres, 1868).— Daily Colonist (Victoria), 4 août 1864, 8 août 1868, 23 oct. 1873, 17 juill. 1875, 7, 10 juin 1899.— Professional land surveyors of British Columbia : cumulative nominal roll, G. S. Andrews, compil. (4e éd., Victoria, 1978).— C.-B., Dept. of Mining and Petroleum Resources, Notes on placer-mining in British Columbia (Victoria, 1963).— Beth Hill, Sappers : the Royal Engineers in British Columbia (Ganges, C.-B., 1987).— Corday Mackay, « The Collins overland telegraph », BCHQ, 10 (1946) : 187–215.— J. K. Nesbitt, « Old homes and families », Daily Colonist, 24 avril 1949 ; « Crumbling Avalon Villa was built by gold-rusher », 9 juill. 1961 : 8.— J. D. Spittle, « Royal Engineer observatory, New Westminster ; determination of the longitude, 1859–1860 », Link (Victoria), 4 (1980), no 1 : 30–35.— F. M. Woodward, « The influence of the Royal Engineers on the development of British Columbia », BC Studies, no 24 (hiver 1974–1975) : 3–51.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

John D. Spittle, « LEECH, PETER JOHN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/leech_peter_john_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/leech_peter_john_12F.html
Auteur de l'article:   John D. Spittle
Titre de l'article:   LEECH, PETER JOHN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   30 juillet 2014