DCB/DBC Mobile beta
+

Dans le cadre de l’accord de financement entre le Dictionnaire biographique du Canada et le Musée canadien de l’histoire, nous vous invitons à participer à un court sondage.

Je veux participer maintenant.

Je participerai plus tard.

Je ne veux pas participer.

J'ai déjà participé au sondage.

LE ROUGE, JEAN, maçon et arpenteur, né en France en 1639, inhumé le 30 septembre 1712 à Charlesbourg.

C’est Talon* qui lui conféra le 5 novembre 1672 « l’office d’arpenteur juré dans la [...] jurisdiction seigneuriale de Québec et autres lieux de ce pays pour le ci. office avoir, tenir et exercer conformément à la coustume [...] de Paris. » Maçon de métier, il fut durant de longues années l’associé de Claude Baillif*.

Les minutiers des notaires Pierre Duquet* et François Genaple révèlent les nombreux contrats confiés aux soins de Jean Le Rouge, qui se montra un artisan ingénieux dont les talents furent souvent mis à contribution. Ces contrats sont très détaillés ; on y stipule, par exemple, qu’une maison sera « baty sur les anciens vestiges et fondements » et qu’elle « aura deux étages de maçonnerie au dessus du retz de chaussée ». Suivent des détails au sujet des portes et fenêtres : « Il y aura deux chassis pour mettre verre et les autres à papier seulement », et au sujet du four qui devra avoir une capacité « d’environ deux minots ». Enfin, il est parfois exigé de « rendre et livrer fait et parfait la cléf en main » pour une date déterminée. Le 12 août 1685, il conclut un marché devant le notaire Genaple pour la construction d’une poudrière située dans l’un des bastions du fort Saint-Louis.

En 1693, Frontenac [Buade*] confia à Jean Le Rouge et à Pierre Janson dit Lapalme la construction de la première porte Saint-Louis (Québec), qui exista jusqu’en 1878. C’est en 1695 que les révérendes mères hospitalières s’en remirent à Jean Le Rouge pour la construction d’un moulin-à-eau en la seigneurie de Saint-Ignace, « sur la rivière du Berger ».

Il eut avec son épouse, Jeanne Poitevin, quatre filles dont deux moururent en bas âge ; l’aînée naquit à Québec en septembre 1669.

Maurice Carrier

AJQ, Greffe de Claude Auber, 3 janv. 1689 ; Greffe de Romain Becquet, 24 févr. 1679 ; Greffe de Pierre Duquet, 17 juill. 1672, 30 juin 1683 ; Greffe de François Genaple, 3 déc. 1682, 22 avril 1683, 9 sept. 1688, 3 juin 1693, 22 avril 1695 ; Registre d’état civil de Charlesbourg, 30 sept. 1712.— IOA, Portes, A-2.— Jug. et délib., I, II, III, IV, V, passim.— Ord. comm. (P.-G. Roy), I : 128s.— Recensement du Canada, 1681 (Sulte).— P.-G. Roy, La ville de Québec, I : 521s., 539 ; II : 424–425.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Maurice Carrier, « LE ROUGE, JEAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 avril 2015, http://www.biographi.ca/fr/bio/le_rouge_jean_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/le_rouge_jean_2F.html
Auteur de l'article:   Maurice Carrier
Titre de l'article:   LE ROUGE, JEAN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1991
Date de consultation:   1 avril 2015