DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :  Photograph Mr. William Dow, brewer, Montreal, QC, 1868 William Notman (1826-1891) 1868, 19th century Silver salts on paper mounted on paper - Albumen process 8.5 x 5.6 cm Purchase from Associated Screen News Ltd. I-34177.1 © McCord Museum Keywords:  male (26812) , Photograph (77678) , portrait (53878)

Provenance : Lien

DOW, WILLIAM, brasseur et homme d’affaires, né le 27 mars 1800 à Muthill, Perthshire, Écosse, décédé le 7 décembre 1868 à Montréal.

Fils d’un maître brasseur, William Dow possédait déjà une solide expérience dans le métier lorsqu’il arriva au Canada en 1818 ou 1819. Il travailla comme contremaître à la brasserie de Thomas Dunn, l’une des rares à Montréal à cette époque ; en novembre 1829, Dow était l’un des associés de la firme et il avait été rejoint par son frère cadet, Andrew, qui avait lui aussi appris le métier de brasseur. La firme, devenue la William Dow and Company après 1834, année de la mort de Dunn, prospéra et devint l’une des principales concurrentes montréalaises de la brasserie Molson, la plus importante de la ville. Tout comme certains de ses concurrents, William Dow s’occupait également de distillation et il était, là aussi, l’un des principaux fournisseurs locaux. En 1863, son usine produisait quelque 700 000 gallons de bière alors que Molson en produisait 142 000. Au fur et à mesure que son entreprise se développait, Dow prit de nouveaux associés, en plus de son frère (qui mourut en 1853). Au début des années 1860, un groupe d’associés se joignirent à lui ; ce groupe, dirigé par Gilbert Scott, finit par acheter l’affaire en 1864 pour la somme de £77 877 ; celle-ci conserva néanmoins le nom de Dow.

À cette époque, Dow était déjà un homme fortuné qui avait fait beaucoup de placements très fructueux, tout en conservant ses activités comme brasseur et distillateur. Au cours des années 1840, il investit beaucoup dans les biens immobiliers à Montréal : lors d’une transaction en 1844, il paya £5 580 presque comptant pour l’achat de quatre propriétés. Par ses investissements dans les chemins de fer et dans les banques, Dow devint un homme d’affaires important dans ce secteur en expansion de la vie économique de Montréal. Il fut l’un des administrateurs de la Compagnie du chemin de fer de Montréal et New York (qui avait une ligne entre Montréal et Plattsburgh, New York), de 1847 à 1852, et il y acquit des parts pour une valeur d’achat d’environ £10 000, ce qui représentait, à cette époque, un investissement d’une importance exceptionnelle dans une seule société par actions. Dow fut l’un des hommes d’affaires montréalais qui, en 1855, opérèrent une fusion entre cette compagnie et son principal concurrent, le chemin à lisses de Champlain et du Saint-Laurent, après qu’une guerre sournoise des tarifs eut mené les deux compagnies au bord de la faillite. Il avait aussi investi un peu d’argent dans le chemin à lisses du Saint-Laurent et de l’Atlantique et il fit partie, pendant une courte période, de son conseil d’administration (1852–1853). Actionnaire de la Banque de la Cité, il était également un des administrateurs de la Banque de l’Amérique septentrionale britannique et de la Banque d’Épargnes et de Prévoyance de Montréal. Bien qu’adversaire résolu des Molson dans le domaine de la bière et du whisky, il s’associa à eux en 1854, au moment de la création d’une autre banque montréalaise, la Banque Molson [V. William Molson*], qui, parla suite, fut absorbée par la Banque de Montréal. Dans cette période où de nouvelles possibilités s’offraient constamment aux hommes d’affaires, ceux-ci devaient en effet compartimenter leurs activités afin de réussir.

Dow fut l’un des administrateurs de la Montreal Insurance Company entre 1839 et 1852 et il faisait partie du groupe qui fonda, en 1865, la Compagnie d’assurance de Montréal, dite du Soleil. Parmi les nombreuses autres sociétés locales auxquelles il participa, on peut citer la compagnie mise sur pied en 1849 par John Young*, pour la construction d’un canal entre le Saint-Laurent et le lac Champlain, tentative qui échoua, la Compagnie d’élévateurs à vapeur et d’entrepôt de Montréal, fondée en 1857, la Compagnie du chemin de fer à passagers de la cité de Montréal, mise sur pied en 1861, et la Bourse de Montréal, créée en 1852. Bien que ne possédant pas personnellement de navire, il spécula dans des compagnies de navigation et fut l’un des premiers à investir dans l’Atlantic Telegraph Company. En 1854, il s’associa à Hugh* ainsi qu’à Andrew Allan*, William Edmonstone et Robert Anderson de Montréal pour fonder la Compagnie des bateaux à vapeur océaniques de Montréal, au capital de £500 000, qui devait assurer des liaisons régulières par bateaux à vapeur entre la Grande-Bretagne et le Canada.

Bien que célibataire, Dow menait une vie de grand seigneur dans un vaste manoir de pierre, richement décoré, appelé Strathearn House et situé au sommet de Beaver Hall Hill, à Montréal, et également, non loin de là, à la campagne, dans sa propriété de Côte Saint-Paul. À sa mort, survenue le 7 décembre 1868, la maison ainsi que la plupart de ses biens, évalués à plus de £300 000, revinrent à la veuve de son frère et à ses quatre filles.

Gerald Tulchinsky

ANQ-M, Greffe de I. J. Gibb, 20 mai 1844 ; Greffe de James Smith, 13 nov. 1864.— APC, RG 4, A1, S-299, 2e partie, p.159 ; C1, 173, no 3363 ; RG 30, 389, Lake St-Louis and Province Line Railway, stock ledger, 1851–1854.— Archives de la Brasserie O’Keefe limitée (Montréal), Correspondence relating to the launching of the Atlantic Telegraph Co., 1857 ; Last will and testament of William Dow, 22 nov. 1868.— Château de Ramesay (Montréal), Antiquarian and Numismatic Society of Montreal, no 104.— Canada Gazette (Montréal), 5 janv. 1850.— Canada, prov. du, Statutes, 1849, c.180 ; 1855, c.44 ; 1857, c.178 ; Legislative Assembly, Proceedings of the standing committee on railroads and telegraph lines [...] (Québec, 1851), 244–265.— Gazette (Montréal), 9, 11, 12 déc. 1868.— Montreal Herald, 10 déc. 1868.— Morning Courier (Montréal), 24 févr. 1849.— Alphabetical list of merchants, traders, and housekeepers in Montreal (Doige), passim.— The Montreal almanac [...], 1839.— Montreal directory, 18471852.— Merrill Denison, The barley and the stream ; the Molson story ; a footnote to Canadian history (Toronto, 1955).— G. H. Harris, The president’s book ; the story of the Sun Life Assurance Company of Canada (Montréal, 1928), 23.— Historique de la brasserie Dow, 1790–1955 (s.l., s.d.).— Montreal old and new, entertaining, convincing, fascinating ; a unique guide for the managing editor, Lorenzo Prince et al., édit. (Montréal, s.d.), 92.— The National Breweries Limited ; 25ème anniversaire, 1909–1934 (s.l., s.d.), 18.— Émile Vaillancourt, The history of the brewing industry in the province of Quebec (Montréal, 1940), 39.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Gerald Tulchinsky, « DOW, WILLIAM », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/dow_william_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/dow_william_9F.html
Auteur de l'article:   Gerald Tulchinsky
Titre de l'article:   DOW, WILLIAM
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   23 septembre 2014