DCB/DBC Mobile beta
+

BRÉHAUT DELISLE, ACHILLE (Antoine-Louis ?) DE, chevalier de Malte, lieutenant du gouverneur Huault de Montmagny, commandant de Trois-Rivières à deux reprises, juge à Québec en 1638.

Il arrive à Québec le 11 juin 1636 en même temps que le gouverneur de Montmagny, auquel il sert de lieutenant. « C'est un fort honnête gentilhomme », écrit l'auteur de la Relation de 1636. Il est militaire de carrière et, comme le gouverneur, chevalier de Malte. Dès son arrivée, Montmagny l'envoie à Trois-Rivières pour rassurer les colons qui, depuis le départ de Laviolette le 17 avril précédent, sont sans chef. Il y commande, sans titre officiel cependant, jusqu'au 28 août, alors que le poste est confié à Marc-Antoine Bras-de-Fer de Chateaufort, qui a assumé l'interrègne à Québec entre la mort de Champlain et l'arrivée de Montmagny. Bréhaut Delisle retourne à Trois-Rivières en 1637 pour organiser la défense contre les sournoises attaques des Iroquois. Il se montre habile diplomate dans les négociations, principalement quand les Hurons veulent abandonner les Français, qu'ils accusent d'être la cause des épidémies qui déciment la tribu. Comme le gouverneur, Bréhaut Delisle aime le faste et se présente toujours aux conseils indiens en costume de guerre. Il est très apprécié des Jésuites qui, dans les Relations, notent souvent sa piété, son honnêteté et sa présence aux cérémonies religieuses. En 1638, il occupe le poste de juge à Québec, où la Relation de 1642 le signale encore. Ensuite, on perd sa trace.

On n'est pas fixé sur le véritable prénom de ce personnage. S'appelait-il Achille ou Antoine-Louis ? Benjamin Sulte affirme, sans donner ses sources d’information, qu’il était de souche bretonne, qu’il avait été fait chevalier de Malte en 1631 et qu’il avait nom Antoine-Louis. D’autre part, dans au moins deux documents conservés au séminaire de Québec, il se nomme lui-même « Achilles de Lisle » et « Achilles Delisle », chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. De plus, les Relations des Jésuites mentionnent qu’il fut parrain d’un Indien et qu’il le nomma Achille. Les documents connus ne nous éclairent pas davantage à ce sujet.

Raymond Douville

ASQ, Documents Faribault, 5, 8, 9, 13, 17, 19, 27 ; Paroisse de Québec, 27.— JR (Thwaites), XX 204 XXIV : 52 et passim.— Desrosiers, Iroquoisie.— Godbout, Les Pionniers de la région trifluvienne 23 * – P.-G. Roy, La Ville de Québec, I : 143, 146.— Sulte, Mélanges historiques (Malchelosse), XIV : 63s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Raymond Douville, « BRÉHAUT DELISLE, ACHILLE DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/brehaut_delisle_achille_de_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/brehaut_delisle_achille_de_1F.html
Auteur de l'article:   Raymond Douville
Titre de l'article:   BRÉHAUT DELISLE, ACHILLE DE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   29 août 2014