DCB/DBC Mobile beta
+

ATIRONTA (Darontal, Durantal), un des principaux chefs de la nation huronne des Ahrendarrhonons (Pierres) ; circa 1615. Trois Hurons distingués ont porté le nom d’Atironta au xviie siècle, suivant en cela la coutume indienne selon laquelle on ressuscitait et perpétuait le nom du disparu.

Atironta (circa 1615) demeurait à Cahiagué (près de Hawkestone, Ontario), capitale du territoire des Ahrendarrhonons ; selon Champlain, celle-ci se composait de 200 cabanes.

D’après le récit que fait le père Paul Le Jeune de la résurrection de ce nom par un chef subséquent, en 1642, Atironta avait été le premier à prendre contact avec les Français à Québec. Peut-être faisait-il partie d’un groupe d’Attignaouantans (Ours) et d’Iroquois qui se rencontrèrent avec Champlain sur le Saint-Laurent en 1609, 1610 et 1611, et conclurent une alliance historique en vue de la guerre et du commerce entre Hurons et Algonquins d’une part et Français de l’autre.

Atironta faisait partie d’un groupe d’Algonquins et de Hurons qui partit du pays huron (près de la baie Georgienne) en 1615, sous la direction de Champlain, pour aller attaquer un village iroquois situé au sud du lac Ontario. Durant le voyage de retour, on fit une expédition de chasse qui dura 38 jours et Atironta partagea avec Champlain « sa case, ses provisions et ses meubles » Champlain fait remarquer que, déjà auparavant, Atironta et lui étaient « plutôt intimes ». Une fois le groupe revenu à Cahiagué, les gens de ce village se querellèrent avec les Algonquins qui hivernaient tout près de là sous la direction d’Iroquet. On tint conseil et Champlain servit de médiateur ; en tant que chef, Atironta dut sans doute participer aux pourparlers, mais Champlain n’en fait pas mention.

À l’été de 1616, Champlain amena Atironta à Québec et le reçut chez lui ; il l’appelle d’ailleurs « mon invité ». Atironta admira le mode de vie des Français et, afin d’assurer la libre utilisation du fleuve, il proposa l’établissement, aux rapides de Lachine, d’une colonie où Français et Indiens pourraient vivre comme des frères. Champlain promit de donner suite à ce projet.

Selon Sagard, un « grand chef » du nom d’Atironta régna sur les Ahrendarrhonons en 1623–1624.

Elsie McLeod Jury

Champlain, Œuvres (Biggar).— JR (Thwaites).— Sagard, Long journey (Wrong and Langton).— Desrosiers, Iroquoisie, 63–67.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Elsie McLeod Jury, « ATIRONTA (circa 1615) », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 18 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/atironta_1615_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/atironta_1615_1F.html
Auteur de l'article:   Elsie McLeod Jury
Titre de l'article:   ATIRONTA (circa 1615)
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   18 avril 2014