DCB/DBC Mobile beta
+

ROLETTE (Rollette), JOSEPH, commerçant de fourrures et législateur, né le 23 octobre 1820 à Prairie du Chien dans le Wisconsin, fils de Jean-Joseph Rolette* et de Marguerite Dubois, décédé le 16 mai 1871 à Pembina, dans le Dakota du Nord.

Joseph Rolette était le fils d’un pionnier canadien-français qui faisait le commerce des fourrures dans la région du haut Mississippi. Après avoir fait ses études à New York sous la surveillance de Ramsay Crooks, président de l’American Fur Company où travaillait son père, Joseph Rolette retourna dans l’Ouest, au fort Snelling (St Paul), dans le Minnesota. En 1840, il était au service de l’American Fur Company dans la région de Pembina, sous l’autorité d’un des associés de la compagnie, Henry Hastings Sibley*, de qui relevait le commerce des fourrures dans la partie nord du Minnesota. De concert avec son oncle, Henry Fisher, Rolette ouvrit un chemin de charroi entre Pembina et St Paul dans le but d’attirer vers le marché de St Paul les fourrures en provenance des territoires de la Hudson’s Bay Company.

Dès 1844, Sibley avait formé de nouvelles associations commerciales dont une avec Norman Wolfred Kittson*. Un poste de traite fut établi à Pembina, et Rolette, qui remplissait les fonctions de commis et de commerçant, s’en vit confier la charge de même que celle de plusieurs autres postes situés le long de la frontière. Trois ans plus tard, au moment où le commerce des fourrures dans la région frontalière était l’objet d’une concurrence serrée entre les commerçants américains et la Hudson’s Bay Company, il incendia un poste de la compagnie situé près de Pembina. En 1853, Kittson établit son poste principal plus à l’ouest, à St Joseph (Walhalla), dans le Dakota du Nord. Rolette resta à Pembina. L’année suivante, Sibley et Kittson se retirèrent de la région frontalière parce qu’ils ne pouvaient faire concurrence aux prix élevés que la Hudson’s Bay Company offrait pour les fourrures dans le but de ruiner la compagnie américaine. Rolette assuma alors la charge du poste en qualité de commerçant semi-indépendant. À cette époque, il avait déjà investi son argent personnel dans le commerce des fourrures et dans la spéculation sur les terres dans la région de Pembina. Il perdit beaucoup dans ces deux entreprises et, en 1857, année de récession, il était presque sans le sou.

En 1852, Rolette avait été l’un des deux candidats élus pour représenter le district de Pembina à la législature du territoire du Minnesota et, en 1856–1857, il fit partie du conseil du territoire. Il fut plus tard maître de poste de Pembina et, de 1866 à 1870, officier de la douane des États-Unis. Toute sa vie s’écoula dans cette région frontalière où il était bien connu des étrangers qui voyageaient dans la vallée de la rivière Rouge pour l’accueil chaleureux qu’il leur accordait ; il était aussi une figure familière dans la colonie de la Rivière-Rouge où ses enfants firent leurs études. Il avait épousé en 1845, à Saint-Boniface, Angélique Jérôme, Métisse d’origine française et sauteuse, qui lui donna 11 enfants.

Pendant les troubles de 1869–1870 dans la Rivière-Rouge, Rolette fut, avec Enos Stutsman, au nombre des « correspondants » qui faisaient parvenir aux journaux de St Paul le récit des événements qui se déroulaient dans la région. Ils tentèrent de faire de ces troubles un mouvement dont le but était l’indépendance ou l’annexion aux États-Unis. Comme d’autres Américains établis à Pembina et dans la colonie de la Rivière-Rouge, il essaya de persuader Louis Riel* d’amener la colonie à s’annexer aux États-Unis.

Rolette a laissé le souvenir d’un frontalier jovial et courageux, entreprenant et audacieux. Dans une querelle avec des Indiens, dans ses relations avec les Métis ou dans le commerce de la fourrure où la concurrence était rude, il fut toujours un aventurier compétent et hardi.

Hartwell Bowsfield

Begg’s Red River Journal (Morton), 9, 86, 165, 349.— Collections of the Minnesota Historical Society, XXIV (1912) : 654.— Manitoban (Winnipeg), 27 mai 1871.— Joseph Tassé, Les Canadiens de l’Ouest (2e éd., 2 vol., Montréal, 1878), I : 211 ; II : 31–40.— A. C. Gluek, Minnesota and the manifest destiny of the Canadian Northwest ; a study in Canadian-American relations (Toronto, 1965), 85, 116s.— J. P. Pritchett, Some Red River fur-trade activities, Minnesota History Bulletin (St Paul), V (1923–1924) : 401–423.— G. B. Winship, Early politics and politicians of North Dakota, Quarterly Journal of the University of North Dakota (Grand Forks), XIII (1923) : 254–267.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Hartwell Bowsfield, « ROLETTE, JOSEPH », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/rolette_joseph_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/rolette_joseph_10F.html
Auteur de l'article:   Hartwell Bowsfield
Titre de l'article:   ROLETTE, JOSEPH
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   2 septembre 2014