DCB/DBC Mobile beta
+

ROGERS, WILLIAM HENRY, marchand, fonctionnaire et inventeur, né en 1821 ou en 1822 à Amherst, Nouvelle-Écosse, fils de David Rogers et d’Elizabeth Richards ; en 1851, il épousa Mary Eliza Page, d’Amherst, et ils eurent sept filles, dont une mourut en bas âge, et quatre fils ; décédé le 22 mars 1894 au même endroit.

William Henry Rogers, qui était en grande partie autodidacte, travailla en tant que commis dans les bureaux d’une compagnie de transport maritime à Pugwash, en Nouvelle-Écosse, avant de devenir marchand dans la même ville et, plus tard, dans la ville voisine d’Amherst. Marchand durant sept ans et receveur des douanes à Pugwash durant quatre ans, il s’annonçait également, dans l’annuaire de la Nouvelle-Écosse de 1864–1865, comme « cancérologue ».

Rogers était un fervent baptiste et, durant plusieurs années, il parcourut les provinces Maritimes à titre de représentant de l’American Bible Union. Partisan de la tempérance, il donna assez fréquemment des conférences pour les British Templars.

Après la Confédération, qui confiait au nouveau gouvernement d’Ottawa la gestion des pêches, Rogers devint inspecteur des pêches de la Nouvelle-Écosse. À ce poste, qui l’obligeait à de nombreux déplacements dans la province, il acquit de l’expérience et en vint à constater que les barrages empêchaient les poissons de remonter le courant des rivières pour frayer. Désireux de trouver le meilleur moyen de surmonter ces obstacles et de régler l’un des problèmes posés par l’intervention humaine dans la nature, il conçut deux échelles à poissons.

La première, brevetée au Canada le 20 mai 1880 et aux États-Unis le 15 juin suivant, était une structure relativement simple. Il s’agissait essentiellement d’une longue boîte ouverte au sommet et inclinée vers le haut en direction du barrage, qui comportait un corridor à déflecteurs où les poissons pouvaient s’arrêter pour se reposer dans des eaux plus calmes ; pour l’installer, il fallait cependant percer le barrage. La seconde échelle, brevetée au Canada (seulement après que Rogers en eut fourni une maquette) le 31 octobre 1888 et aux États-Unis le 12 juillet 1887, était beaucoup plus complexe. Sans altérer la structure du barrage, elle exigeait qu’on creuse, parallèlement au lit de la rivière, des canaux dans lesquels on réglerait le niveau de l’eau par une série de portes. Un barrage auxiliaire détournait les poissons du barrage principal. Comme le premier modèle, le second comportait un corridor à déflecteurs dans lequel les poissons pouvaient se reposer. On ne sait si ces échelles ont été construites et mises à l’essai, mais une notice biographique publiée en 1881 mentionnait qu’une échelle inventée par Rogers « était très populaire [et qu’on l’avait adoptée] dans toute la Nouvelle-Écosse ».

Personnage polyvalent, aux opinions bien arrêtées, Rogers était très imaginatif, sinon ingénieux, et il avait certainement bonne réputation. Ainsi, après avoir perdu le procès qu’il avait intenté en 1879 à propos d’un prêt de 40 $, il décida de publier l’année même à Halifax un tract intitulé Injustice in a county court, or how I was swindled out of forty dollars, dans le but avoué de faire en sorte qu’« aucun de [ses] enfants n’ait jamais à rougir de l’un de [ses] actes ».

William Henry Rogers mourut à Amherst en 1894 à l’âge de 72 ans. Il est bien possible que ce soit de lui que son petit-fils Norman McLeod Rogers* – membre du cabinet de William Lyon Mackenzie King*, qui connut une fin tragique dans un écrasement d’avion pendant la Deuxième Guerre mondiale – ait hérité sa curiosité et son goût pour le service public et la discussion.

John Gordon Leefe

AN, RG 31, C1, 1871, Amherst, division 2 : 35–36 (mfm aux PANS).— Canada, Ministère de la Consommation et des Corporations, Bureau des brevets (Hull, Québec), Patent nos 26501, 47426.— Canadian biog. dict.— N.S. directory, 1864–1865 : 301.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

John Gordon Leefe, « ROGERS, WILLIAM HENRY », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/rogers_william_henry_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/rogers_william_henry_12F.html
Auteur de l'article:   John Gordon Leefe
Titre de l'article:   ROGERS, WILLIAM HENRY
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   1 octobre 2014