DCB/DBC Mobile beta
+

POULET, GEORGES-FRANÇOIS, dit M. Dupont, prêtre, bénédictin de Saint-Maur, janséniste, ermite à Trois-Pistoles, connu au Canada de 1714 à 1718.

À l’occasion d’un voyage en Hollande, ce moine bénédictin s’était lié d’amitié avec le célèbre père Pasquier Quesnel et avait embrassé la doctrine janséniste. Mais le 8 septembre 1713, la bulle Unigenitus condamnait 101 propositions du père Quesnel et obligeait les catholiques à repousser ses théories. Se croyant persécuté et voulant se mettre à couvert « des sérieuses perquisitions que l’on faisait de [sa] personne », dom Poulet s’embarque pour la Nouvelle-France en 1714.

À Québec, où il se présente comme laïc, il se fait appeler M. Dupont. Il passe pour un homme riche qui s’informe de tout et veut fonder un monastère. « On remarquoit en luy quelque chose de gêné, qui fit qu’on le soupçonna d’être un moine défroqué ; il s’en déffendoit de son mieux [...] », écrit la mère Juchereau de Saint-Ignace. Mais il se trouve trop en vue et décide de retourner à la solitude. Le curé Pierre Leclair de Cap-Saint-Ignace lui offre l’hospitalité et lui fait construire une cabane « à un quart de lieue dans le bois sur le bord d’une rivière ». Dom Poulet n’y demeure que quelques mois, car elle est très incommode ; il doit même aller terminer l’hiver au presbytère. Il y retourne au printemps, mais sa cabane brûle et il ne réussit pas à la reconstruire immédiatement. C’est alors que, pour être « beaucoup plus tranquille », il s’éloigne davantage de Québec et se réfugie chez le seigneur Nicolas Rioux de Trois-Pistoles qui l’accueille avec empressement et lui donne un terrain le long de la rivière Trois-Pistoles. M. Dupont s’y construit encore une fois une cabane et y vit « seul et inconnu, content et tranquille » pendant deux ans.

Revenu à Québec en 1717, dom Poulet a de sérieuses difficultés avec Mgr de Saint-Vallier [La Croix] qui en vain veut lui faire signer le formulaire antijanséniste. Devant l’obstination du moine, l’évêque décide son expulsion de la Nouvelle-France et demande la collaboration de Vaudreuil [Rigaud]. Celui-ci, qui a reçu une lettre du supérieur de dom Poulet « pour luy recommander comme un de ses religieux qui avoit plus de faiblesse d’esprit que de malice », refuse de prêter assistance à Mgr de Saint-Vallier qui s’en plaindra en France et obtiendra un arrêt du Conseil de Marine.

Entre-temps, le bénédictin est frappé de la fièvre pourprée et hospitalisé à l’Hôtel-Dieu. L’évêque avertit le curé Thiboult de Québec de lui refuser l’absolution s’il persiste dans ses sentiments ; il le fait également exhorter par l’archidiacre de La Colombière. Mais dom Poulet refuse toute rétractation et seule sa guérison évite un plus grand scandale. Il ne peut cependant demeurer plus longtemps en Nouvelle-France, car Mgr de Saint-Vallier a émis une sévère ordonnance contre lui ; il se décide donc à traverser de lui-même en France en 1718.

En Europe, il se plaignit amèrement de la manière dont il avait été traité en Nouvelle-France et la Gazette de Hollande fit écho à ses déboires. Dom Poulet lui-même rédigea un « Récit simple de ce qu’un religieux bénédictin a souffert au Canada au sujet de la bulle Unigenitus » où il fit une charge contre l’évêque et les Jésuites et se révéla de plus en plus entêté. On ne sait rien de lui après cette aventure. Mais les infortunes de ce moine bénédictin montrent bien comment la Nouvelle-France a été protégée contre le jansénisme ; aussi ne faut-il pas se surprendre que cette doctrine n’ait pu y prendre racine.

Nive Voisine

Le bénédictin dom Georges-François Poulet dans la Nouvelle-France, RAPQ, 1922–23 : 274289.— Caron, Inventaire de documents, RAPQ, 194142 : passim.— Juchereau, Annales (Jamet), 404408.— Mandements des évêques de Québec (Têtu et Gagnon), I : 496498.— Mathias D’Amours, Les Trois-Pistoles (2 vol., Trois-Pistoles, 1946).— H.-R. Casgrain, L’hermite des Trois-Pistoles, BRH, V (1899) : 260267.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Nive Voisine, « POULET, GEORGES-FRANÇOIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/poulet_georges_francois_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/poulet_georges_francois_2F.html
Auteur de l'article:   Nive Voisine
Titre de l'article:   POULET, GEORGES-FRANÇOIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   20 décembre 2014