DCB/DBC Mobile beta
+

MIGEON DE LA GAUCHETIÈRE, DANIEL, seigneur, officier dans les troupes de la Marine, baptisé à Montréal le 6 août 1671, fils de Jean-Baptiste Migeon* de Branssat et de Catherine Gaucher de Belleville ; il épousa à Montréal le 31 janvier 1712 Marie Le Gay de Beaulieu, dont il eut deux filles ; il se noya près de Pointe-aux-Trembles, sur l’île de Montréal, le 3 mai 1746.

Migeon passa sa jeunesse en France ; à l’âge de 21 ans, il fut nommé garde-marine à Rochefort. Il fut affecté à l’équipage de Pierre Le Moyne* d’Iberville pour l’expédition à la baie d’Hudson en 1694 et le voyage d’exploration vers l’embouchure du Mississippi quatre ans plus tard, sans toutefois participer à aucune de ces randonnées. Il commença plutôt son service militaire comme enseigne dans les troupes de la Marine au Canada en 1694. On le retrouve agissant comme aide-major des troupes à Montréal vers 1701.

En 1704, Migeon sollicita le poste de lieutenant général civil et criminel de la juridiction royale de Montréal, dans l’espoir de mettre à profit les connaissances juridiques que lui avait transmises son père. Sa demande fut rejetée, sans doute à cause de sa bagarre avec le lieutenant Frédéric-Louis Herbin, à l’extérieur d’une église paroissiale, l’année précédente. En 1707, il rendit foi et hommage aux seigneurs de l’île de Montréal « pour le fief appelé La Gauchetière », dont il avait hérité à la mort de son père en 1693. En 1708, il servit comme major dans la campagne de Jean-Baptiste de Saint-Ours Deschaillons et de Jean-Baptiste Hertel* de Rouville contre la Nouvelle-Angleterre et fut nommé lieutenant deux ans plus tard. En 1712, il fut officiellement nommé aide-major des troupes à Montréal et devint capitaine en 1726. En 1730, le gouverneur Charles de Beauharnois l’envoya au fort Niagara (près de Youngstown, N.Y.) pour y enquêter sur les causes de la mutinerie qui avait éclaté parmi la garnison en juillet de la même année, en signe de protestation contre la discipline imposée par le commandant du fort, Nicolas Blaise* Des Bergères de Rigauville.

En 1733, une dispute éclata entre Migeon et Philippe You de La Découverte au sujet d’une dette de 3 500#. Pour s’assurer le remboursement de cette somme, Migeon avait fait saisir l’esclave de La Découverte, le Padouca Pierre, saisie qu’approuva, en décembre 1732, le lieutenant général civil et criminel de Montréal, Pierre Raimbault*. L’esclave fut vendu au profit de Migeon à Charles Nolan Lamarque et l’affaire en resta à ce point, malgré les protestations de La Découverte qui, pour défendre sa cause, évoqua devant le Conseil supérieur le problème de la légalité de l’esclavage en Nouvelle-France.

En 1735, Migeon fut nommé commandant du fort Saint-Frédéric (Crown Point, N.Y.), en remplacement de Pierre-Jacques Payen* de Noyan ; il quitta son poste l’année suivante, décoré de la croix de Saint-Louis. En 1735, il reçut une seigneurie sur le lac Champlain, qu’il perdit six ans plus tard, faute de l’avoir exploitée. Finalement, à l’âge de 71 ans, Migeon fut nommé pour assister le lieutenant général de la juridiction royale de Montréal, Jacques-Joseph GUITON de Monrepos. Le matin du 3 mai 1746, il tomba d’un pont de la rivière des Prairies et se noya.

C. J. Russ

AN, Col., C11A,12 ; 22 ; 23 ; 26 ; 28 ; 29 ; 30 ; 32 ; 34 ; Col., D2C, 222/2, p. 76 (copies aux APC) ; Marine, B2, 88 ; 96 ; 130.— ANQ, Greffe de Louis Chambalon, 26 oct. 1710.— ANQ-M, Greffe d’Antoine Adhémar, 28 sept., 2, 22 oct. 1707, 16 oct. 1708, 23 oct. 1709, 29 janv. 1712 ; Registre d’état civil, Notre-Dame de Montréal, 1er sept. 1694.— Découvertes et établissements des Français (Margry), IV : 50s., 61, 64.— Fauteux, Les chevaliers de Saint-Louis, 131.— Le Jeune, Dictionnaire.— P.-G. Roy, Inv. concessions, I : 191 ; IV : 270s. ; Inv. ord. int., I : 48.— Tanguay, Dictionnaire.— Gosselin, L’Église du Canada jusqu’à la conquête, III : 81s.— P.-G. Roy, Hommes et choses du fort Saint-Frédéric, 164s., 336.— Trudel, L’esclavage au Canada français, 44s.— Ægidius Fauteux, Mort de M. de la Gauchetière, BRH, XXXVII (1931) :680–682.— P.-G. Roy, Nicolas-Blaise des Bergères de Rigauville, BRH, XXII (1916) : 261s. ; Le sieur de Sauvolles, BRH, XIV (1908) : 90.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

C. J. Russ, « MIGEON DE LA GAUCHETIÈRE, DANIEL », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/migeon_de_la_gauchetiere_daniel_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/migeon_de_la_gauchetiere_daniel_3F.html
Auteur de l'article:   C. J. Russ
Titre de l'article:   MIGEON DE LA GAUCHETIÈRE, DANIEL
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   1 août 2014