DCB/DBC Mobile beta
+

LADAN, ADRIEN (Adrian), prêtre, récollet, lecteur en théologie, né en 1647, décédé à Montargis, France, le 3 novembre 1722.

Adrien Ladan entre en religion chez les Récollets de la province de Saint-Denis en 1666 et arrive en Nouvelle-France en 1681. Sa notoriété est due à ses démêlés avec Mgr de Laval dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire du sermon ». L’évêque lui confie la prédication, de l’avent de l’année 1681. Le 7 décembre, deuxième dimanche de l’avent, le père Adrien, du haut de la chaire de la cathédrale, fait allusion au différend qui existe entre l’intendant Duchesneau* et le gouverneur Buade* de Frontenac. Mgr de Laval lui demande de s’abstenir absolument d’aborder cette question. Le 8 décembre, le père Adrien récidive et l’évêque lui donne un second avertissement. Le dimanche suivant, le prédicateur lance les mots de « cabale, division et partialité ».

La mesure est comble et Laval le convoque à l’archevêché pour avoir confirmation de ses dires. Le père Adrien veut lui parler seul à seul, mais l’évêque tient à ce que ses grands vicaires soient présents à l’entretien. Dans un document daté du 19 décembre 1681, Mgr de Laval donne sa version des faits et conclut que « c’était au Roi de terminer le différent entre le Gouverneur et l’Intendant, non à l’église ». Le père Adrien lui répond « qu’il considérait Mgr ou comme Evêque ou comme particulier, comme Evêque il se soumettait à lui, mais comme particulier il n’était pas infaillible [...] qu’il n’avait point cherché la chaire, et qu’il était disposé de la quitter plutôt que d’agir contre sa conscience ». L’évêque le prend au mot, et lui défend de prêcher. C’est un prêtre du séminaire qui termine la station de l’avent le 21 décembre.

À une date sûrement postérieure au 14 décembre 1681, Frontenac demande au père Valentin Leroux, supérieur des Récollets, de lui donner par écrit le récit de tout ce qui s’est passé au sujet du père Adrien, afin d’en informer Louis XIV. Le supérieur a bien écrit ce récit, mais le document demeure introuvable. Notons que Frontenac directement visé par Ladan, se montre moins offusqué que Mgr de Laval des propos du prédicateur. Dans sa requête au supérieur, il écrit que le récollet, dans ses sermons, a « légèrement parlé des divisions, partialités et cabales, qui sont dans le pays, auxquels sermons nous aurions assisté avec une grande édification ».

Le père Adrien demeure encore trois ans au Canada. Lorsque survient « l’affaire du clocheton » [V. Henri Le Roy], il signe, le 14 juin 1683, la protestation des Récollets de Québec. En 1700, on le retrouve à Vitry, France, où il reçoit l’autorisation de confesser et de prêcher. Il meurt à Montargis le 3 novembre 1722.

Jacques Valois

AAQ, Registres d’insinuations A, 270, 229–231.— AN, Col., F3, 6, f.18.— Caron, Inventaire de documents, RAPQ, 1939–40 : 245.— Louis Bertrand de Latour, Mémoires sur la vie de Mde Laval, premier évêque de Québec (Cologne, 1761), 203s.— RAC, 1899 : 73.— Gosselin, Vie de Mgr de Laval, II : 99–104.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Jacques Valois, « LADAN, ADRIEN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/ladan_adrien_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/ladan_adrien_2F.html
Auteur de l'article:   Jacques Valois
Titre de l'article:   LADAN, ADRIEN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   24 avril 2014