DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

PARKIN, JOHN BUCKWORTH – Volume X (1871-1880)

décédé à Québec le 16 décembre 1875

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

HANDASYD (Handasyde), THOMAS, né vers 1645, commandant de l’armée à Saint-Jean en 1697 et 1698, gouverneur de la Jamaïque de 1702 à 1711 ; il épousa Anna Catharina Morel (décédée le 13 septembre 1704), et ils eurent cinq enfants ; décédé le 26 mars 1729 à Great Staughton, Huntingdonshire, Angleterre.

Handasyd prit part à titre d’officier subalterne aux campagnes d’Irlande et des Flandres. Le 16 mars 1694, il fut promu major dans le régiment du colonel John Gibsone. Trois ans plus tard, il se joignit à l’expédition navale tentée en vue de reprendre Saint-Jean de Terre-Neuve mais, à son arrivée, il trouva la place détruite et abandonnée. Les soldats furent chargés de reconstruire le fort et autres ouvrages militaires, sous la direction de l’ingénieur Michael Richards. Les vivres se faisant fort rares, le colonel Gibsone décida de ramener son régiment en Angleterre, ne laissant que 300 hommes environ, sous les ordres du major Handasyd. Gibsone proposa celui-ci au poste de gouverneur de Terre-Neuve, le dépeignant comme un homme « honnête, valeureux, courageux et de devoir, au service du Roi depuis 24 ans ». À son retour en Angleterre, en 1698, Handasyd déclara que les fortifications avaient été reconstruites, bien que 214 hommes fussent morts de misère et de sous-alimentation. Conformément aux ordres reçus, il avait formé la Newfoundland Independent Company comprenant 53 hommes, destinée à constituer la garnison permanente de Saint-Jean. (À ce moment-là, les ingénieurs militaires ne détenant aucun grade dans l’armée, c’est dans cette compagnie que Richards reçut son brevet de capitaine, tout comme ce fut le cas de Robert Latham quelques années plus tard.)

Le 20 juin 1702, Handasyd fut informé de sa promotion au grade de colonel du 22e régiment et de sa nomination au poste de lieutenant-gouverneur de la Jamaïque. Il en devint le gouverneur peu après son arrivée. Handasyd « est un de nos meilleurs officiers d’infanterie », écrivit en 1703 le comte de Peterborough. Cette même année, lors de l’arrivée de l’escadre du vice-amiral Graydon, destinée à l’expédition malheureuse contre Plaisance (Placentia), Handasyd fit tout ce qu’il put pour fournir des approvisionnements à la flotte et pour aider à l’embarquement des troupes. Mais Graydon réquisitionnait les hommes en masse, ce qui irrita Handasyd. Ce dernier adressa au Board of Trade and Plantations les protestations de 18 patrons et capitaines marchands, et envoya une missive à Graydon lui-même, pour lui demander de renvoyer au moins les hommes qui n’étaient pas des marins.

Le 1er janvier 1710, Handasyd fut promu major général. Il retourna en Angleterre en 1711. L’année suivante, il renonçait à son brevet de colonel du 22e régiment en faveur de son fils Roger. Thomas Handasyd mourut le 26 mars 1729 et fut inhumé dans le cimetière de l’église St Andrew à Great Staughton. L’inscription sur un grand monument à lintérieur de léglise indique quil avait 84 ans.

Michael Godfrey

PRO, CSP, Col., 1697–98, 1702, 1702–03, 1710–11, 1711–12 ; CSP, Dom., 1702–03, 537 (Earl of Peterborough’s letter).— Dalton, English army lists, II-V.— Prowse, History of Nfld.

Bibliographie de la version révisée :
Testament de Thomas Handasyd, conservé aux National Arch. à Londres,
PROB 11/629/246 ; les inscriptions sur les pierres tombales de Handasyd et de sa femme, dont la transcription figure dans Find a Grave, « Memorial no.160053780 », « Memorial no.160054838 » : www.findagrave.com (consulté le 9 nov. 2017) ; et le monument érigé pour Handasyd et dautres membres de sa famille dans léglise St Andrew, à Great Staughton, en Angleterre, décrit dans H. G. Watson, A history of the parish of Great Staughton, Huntingdonshire (St Neots, Angleterre, 1916), 87.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Michael Godfrey, « HANDASYD (Handasyde), THOMAS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 16 déc. 2018, http://www.biographi.ca/fr/bio/handasyde_thomas_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/handasyde_thomas_2F.html
Auteur de l'article:   Michael Godfrey
Titre de l'article:   HANDASYD (Handasyde), THOMAS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   2018
Date de consultation:   16 décembre 2018