DCB/DBC Mobile beta
+

FORNERI, AGNES FLORIEN, infirmière, née le 18 avril 1881 à Belleville, Ontario, troisième des six enfants de Richard Sykes Forneri, ministre anglican, et de Kate McDermott ; décédée célibataire le 24 avril 1918 à Bramshott, Angleterre.

Le révérend Richard Sykes Forneri fut rector de la Christ Church de Belleville de 1873 à 1876, année où il fut muté à l’église St John, dans la même localité. La famille s’installa en 1883 dans la paroisse d’Adolphustown (où mourut Mme Forneri), en 1899 à Merrickville, puis en 1904 à Kingston, où Forneri serait rector de l’église St Luke jusqu’à sa retraite en 1916. Selon toute apparence, ses trois filles vivaient avec lui à Kingston. Deux d’entre elles fréquentèrent l’école d’infirmières du Lady Stanley Institute d’Ottawa, Agnes Florien de 1903 jusqu’à l’obtention de son diplôme en 1906, et Kate de 1908 à 1911, année où elle reçut son diplôme et s’intégra au personnel enseignant de l’école. Kate est identifiée comme infirmière de 1912 à 1914 dans l’annuaire de Kingston, mais non Agnes Florien.

Des infirmières servaient dans les forces canadiennes depuis la rébellion du Nord-Ouest en 1885. Dès le début de la Première Guerre mondiale, certaines s’enrôlèrent dans le Corps de santé de l’armée canadienne à titre d’officiers et furent envoyées outremer. Agnes Florien Forneri se porta volontaire en février 1917, l’année où la conscription fut imposée au Canada. Son frère David Alwyn servait en France, mais il fut tué au combat un mois avant qu’elle n’arrive en Angleterre en avril.

Du 11 avril au 9 juillet, Mlle Forneri travailla à l’hôpital militaire Kitchener à Brighton. Le 10 juillet, on l’affecta à l’Hôpital général canadien n8 à Saint-Cloud, en banlieue de Paris. Elle retourna en Angleterre en janvier 1918 pour se remettre d’une intoxication alimentaire, semble-t-il, et d’une bronchite. Selon le rapport médical, sa maladie résultait de la tension causée par des « conditions de service actif ». Le 17 avril, tandis qu’elle était en service à l’Hôpital général canadien n12 à Bramshott, elle s’effondra sous l’effet d’une violente hémorragie stomacale. Malgré des transfusions et une opération, elle mourut le 24 d’« ulcères peptiques multiples ». Après des obsèques militaires, on l’inhuma dans la cour de l’église St Mary à Bramshott.

Dix-huit infirmières canadiennes moururent de maladie en servant pendant la guerre. Agnes Florien Forneri fut la neuvième d’entre elles à succomber. On ignore les motifs de son enrôlement. C’était une petite femme – elle mesurait cinq pieds trois pouces et pesait 115 livres – et, au cours de son examen médical d’avril 1918, elle avait admis avoir eu un ulcère d’estomac « pendant [son] stage à l’hôpital ». Fait plus troublant, elle avait falsifié son âge en présentant sa candidature au Corps de santé de l’armée canadienne puisqu’elle avait indiqué le 18 avril 1890 comme date de naissance. En outre, elle avait affirmé avoir reçu son diplôme en 1912 et non en 1906. Si elle s’enrôla parce que le conflit mondial suscitait de plus en plus d’inquiétudes au Canada, elle pensa peut-être avoir de meilleures chances d’être acceptée en se rajeunissant, car le nombre d’infirmières volontaires excédait les besoins. Arrivée en France après la bataille de la Somme, elle servit cependant au cours de la bataille de Passchendaele, période de pertes terriblement élevées. On en sait plus aujourd’hui sur la tension subie par le personnel médical dans les zones de guerre. Manifestement, Agnes Florien Forneri en mourut. On trouve à Kingston deux plaques à sa mémoire : une à l’église St Luke et l’autre au Memorial Hall de l’hôtel de ville.

Shirley C. Spragge

AN, RG 150, Acc. 1992–93/166, boîte 3202.— City of Ottawa Arch., Ottawa Civic Hospital arch. (dont les documents du Lady Stanley Institute).— EAC, Diocese of Ontario Arch. (Kingston), Christ Church (Belleville, Ontario), RBMS, 1881 ; Clergy reg., R. S. Forneri ; St Alban’s Church (Adolphustown, Ontario), RBMS, 1896.— Annuaire, Kingston, 1912–1915.— J. M. Gibbon et M. S. Mathewson, Three centuries of Canadian nursing (Toronto, 1947).— Andrew Macphail, Official history of the Canadian forces in the Great War, 1914–19 : the medical services (Ottawa, 1925).— D. M. O’Dell, « The class character of church participation in late nineteenth-century Belleville, Ontario » (thèse de ph.d., Queen’s Univ., Kingston, 1990).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Shirley C. Spragge, « FORNERI, AGNES FLORIEN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/forneri_agnes_florien_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/forneri_agnes_florien_14F.html
Auteur de l'article:   Shirley C. Spragge
Titre de l'article:   FORNERI, AGNES FLORIEN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   23 juillet 2014