DCB/DBC Mobile beta
+

FAGUNDES, JOÃO ALVARES, explorateur portugais ; circa 1521.

Fagundes, originaire de Viana (Portugal), semble avoir été associé à une compagnie fondée par les résidents de cette ville pour établir une colonie à Terre-Neuve. Fagundes reçut des lettres patentes du roi Manuel du Portugal (1495–1521) qui le nommait capitaine de toutes les terres qu’il pourrait découvrir entre « la terre Cortereal » (la côte est de Terre-Neuve) et les territoires attribués à l’Espagne en vertu du traité de Tordesillas [signé le 7 juin 1494 entre l’Espagne et le Portugal, pour régler les conflits qui s’étaient élevés à la suite du premier voyage de Colomb]. Le 13 mars 1521, il demanda à un notaire de Lisbonne de prendre acte de ses découvertes, faites au cours d’un récent voyage, probablement l’année précédente. Parmi ces dernières, il mentionne les trois îles de la baie d’Auguoada (Watering-Place), d’autres îles qu’il appelle les « Fagundas », l’archipel de Saint-Pantaléon, l’archipel des Onze-Mille-Vierges et l’île de Santa Cruz.

L’archipel des Onze-Mille-Vierges figure pour la première fois sur la « Carta Atlantica » de Reinel-Miller (BN, Paris). On admet généralement que l’archipel ainsi désigné est le groupe d’îles Saint-Pierre-Miquelon-Langlade avec tous les îlots qui l’entourent. H. P. Biggar et W. F. Ganong ont établi que la baie d’Auguoada est aujourd’hui la baie de Chedabouctou, située entre l’île du Cap-Breton et la Nouvelle-Écosse, où se trouvent trois îles assez grandes (Madame, Janvrin et Petite-de-Grat) ; mais, comme on croyait généralement que la ligne de démarcation des sphères d’influence espagnole et portugaise passait par le détroit de Cabot, il n’est guère probable que Fagundes ait revendiqué l’île du Cap-Breton, située dans la zone espagnole. Harrisse prétend que la baie d’Auguoada est le golfe du Saint-Laurent ; Hoffman (Cabot to Cartier, 35) est d’avis qu’ « après 1521, Fagundes a transféré son territoire d’opérations aux eaux de la Nouvelle-Écosse. » Il semble incontestable que Fagundes découvrit la côte méridionale de Terre-Neuve, du cap Race au cap Ray, mais il n’est pas du tout certain qu’il ait aussi exploré l’île du Cap-Breton et pénétré dans le golfe du Saint-Laurent.

Les cartes portugaises publiées par la suite (celles de Lopo Homem et celle de Vaz Dourado entre autres) indiquent une île « Fagunda ». Sur ces cartes, l’île est située au sud-est du Cap-Breton, assez près de l’emplacement actuel de l’île de Sable. C’est peut-être cette île que Fagundes avait nommée Santa Cruz et qu’il avait située, en ses propres termes, « à proximité du banc de sable ».

Voilà tout ce que l’on sait de l’aventure de Fagundes. Il a dépensé d’importantes sommes d’argent, mais nous ignorons s’il a vraiment fondé une colonie. Il semble bien toutefois que des pêcheurs portugais venus probablement de Viana ou des Açores s’établirent sur la côte sud de Terre-Neuve.

L.-A. Vigneras

1516–1521. Descobertas de Joao Alvares Fagundes, Archivo dos Açores, IV (1882) : 466s.— E. A. de Bettencourt, Descobrimentos, guerras e conquistas [...] (Lisboa, 1881), 132–135.— Armando Cortesão, Cartografia e cartógrafos portugueses dos séculos XV e XVI (2 vol., Lisboa, 1935), I : 287s.— W. F. Ganong, Crucial Maps, n.— Henry Harrisse, The discovery of North America : a critical, documentary, and historic investigation, with an essay on the cartography of the new world [...](London, 1892), 182–188.— Hoffman, Cabot to Cartier, 35, 100s.— Précurseurs (Biggar), xxii-xxiv.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

L.-A. Vigneras, « FAGUNDES, JOÃO ALVARES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/fagundes_joao_alvares_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/fagundes_joao_alvares_1F.html
Auteur de l'article:   L.-A. Vigneras
Titre de l'article:   FAGUNDES, JOÃO ALVARES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   19 septembre 2014