DCB/DBC Mobile beta
+

COUPER, WILLIAM, entomologiste et naturaliste ; circa 1860–1886.

On ne connaît rien de la jeunesse de William Couper. Il serait arrivé au Canada en 1843 et se serait établi à Toronto où il occupa un poste de typographe à l’imprimerie de Henry Rowsell. Il aurait d’ailleurs exercé ce métier durant une bonne partie de sa vie et aurait également donné, à titre privé, des cours sur l’art de la taxidermie. Après un bref séjour à Trois-Rivières en 1860, il s’installe à Québec jusqu’en 1869, et par la suite à Ottawa, en 1869–1870, à Montréal de 1871 à 1884, et finalement à New York de 1884 à 1886. Il serait décédé à la résidence de son fils, à Troy, New York, vers 1890.

Œuvrant à une époque où les sciences naturelles sont particulièrement délaissées au Canada, Couper s’intéresse à la fois à l’ornithologie, à l’ichtyologie et à la botanique. Cependant, c’est indiscutablement à l’entomologie qu’il apporte sa plus importante contribution. Il se signale d’abord en ce domaine par l’excellence et l’originalité de ses collections qui lui méritent des éloges et des prix à des expositions tenues à Toronto en 1852 et 1856. Outre des insectes, ses collections comprennent des nids, des cocons et diverses structures qui illustrent l’instinct architectural des hexapodes et qui facilitent l’identification des espèces. En 1863, il déclare avoir amassé au-delà de 6 000 spécimens, surtout végétaux, portant les traces de l’activité des insectes à l’état larvaire ou adulte.

Couper est l’auteur d’un grand nombre d’articles et de notes qui ont paru notamment dans des périodiques canadiens et américains. Traitant de sujets très divers, ses articles conservent encore beaucoup d’intérêt puisqu’ils sont le fruit d’observations et d’expériences personnelles. En ornithologie, il note l’arrivée et le départ des oiseaux migrateurs, signale la présence d’espèces rares en tel ou tel endroit et rédige plusieurs pages sur les oiseaux insectivores. Dans sa propre revue, Canadian Sportsman and Naturalist, qu’il fonde à Montréal en 1881 et qu’il publie pendant trois ans, il parle surtout de gibier, des règlements de la chasse et de la pêche au Canada et, dans une série d’articles, il décrit même les musées canadiens de l’époque. En entomologie, son sujet de prédilection, il est un des premiers naturalistes à faire état des différentes espèces d’insectes trouvées aux abords de la ville de Québec, à divers endroits sur la côte nord du Saint-Laurent ainsi que sur l’île d’Anticosti. Il traite des insectes nuisibles aux cultures tels que la saperde du pommier, la piéride du chou et la mouche de l’oignon. Il dresse la liste des hyménoptères trouvés sur l’île de Montréal et il s’intéresse surtout aux coléoptères, publiant les descriptions taxonomiques de 15 espèces nouvelles.

Chaque fois que l’occasion se présente, Couper se fait le promoteur enthousiaste de l’entomologie. Il devient membre correspondant de l’Entomological Society of Philadelphia et, en 1864, une année après la mise sur pied à Toronto de l’Entomological Society of Canada, il participe à la création d’une filiale dans la ville de Québec. Quelques années plus tard, en 1873, il devient un des membres fondateurs et le premier président de la filiale montréalaise de l’Entomological Society of Ontario, qui avait remplacé, en 1871, l’Entomological Society of Canada. Pendant plusieurs années, les réunions mensuelles de cette société se tiendront à son domicile. Contrairement à la filiale de Québec, celle de Montréal se développera sans interruption et sera reconnue comme la Société entomologique du Québec à partir de 1951.

Rodolphe O. Paradis

Outre les articles qu’il a écrits dans sa propre revue, Canadian Sportsman and Naturalist (Montréal), 1881–1883, William Couper est l’auteur d’un grand nombre de notes et d’articles parus dans le Canadian Journal (Toronto), 1853–1856, le Canadian Entomologist (London, Ontario), 1869–1880, le Canadian Naturalist and Geologist, 1857–1865, dans les Proc. de l’Entomological Soc. of Philadelphia, 1863, les Trans. de la Literary and Hist. Soc. of Quebec, 1864–1865, et dans l’Annual report (Montréal) de la Montreal Horticultural Soc. and Fruit Growers’ Assoc. of the Prov. of Quebec, 1879.

Morgan, Bibliotheca Canadensis, 83.— R.-O. Paradis, « Étude biographique et bibliographique de William Couper, membre fondateur et premier président de la Société entomologique du Québec », Soc. entomologique du Québec, Annales (Québec), 19 (1974) : 4–15.— C. J. S. Bethune, « The rise and progress of entomology in Canada », SRC Mémoires, 2e sér., 4 (1898), sect. iv :155–165.— Léon Provancher, « Naturalistes canadiens », Le Naturaliste canadien (Cap-Rouge, Québec), 5 (1873) : 131.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Rodolphe O. Paradis, « COUPER, WILLIAM », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/couper_william_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/couper_william_11F.html
Auteur de l'article:   Rodolphe O. Paradis
Titre de l'article:   COUPER, WILLIAM
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   23 avril 2014