DCB/DBC Mobile beta
+

CLOUET, MICHEL, marchand, officier de milice, fonctionnaire, homme politique et juge de paix, né le 9 janvier 1770 à Beauport, Québec, fils de Joseph-Marie Clouet et de Marie-Joseph Bergevin ; le 15 juin 1801, il épousa à Québec Marie-Josephte Lalime, fille mineure de feu Michel Lépine, dit Lalime, navigateur, et ils n’eurent pas d’enfants ; décédé le 5 janvier 1836 à Québec et inhumé quatre jours plus tard à Beauport.

Michel Clouet passa fort probablement son enfance et son adolescence à Beauport, mais on ignore tout de cette période de sa vie. De même, les informations recueillies ne permettent pas de savoir ni quand ni comment il devint marchand. En 1796, il tenait un magasin général dans la rue de la Montagne (côte de la Montagne) à Québec et, en octobre de cette année-là, il s’associa au marchand François Huot* pour fonder la société Huot et Clouet, destinée à faire le commerce de détail. Cette association prit fin au bout d’un an, et Clouet poursuivit seul ses activités commerciales rue de la Montagne. En 1805, il était spécialisé dans la vente d’articles de quincaillerie. Son magasin était situé à l’angle des rues Buade et de la Montagne, dans une maison qu’il louait du seigneur de Sainte-Marie, Gabriel-Elzéar Taschereau*. Son entreprise prospéra rapidement. Dès 1810, il put acquérir cette maison des héritiers Taschereau et, par la suite, il engagea des commis, dont ses neveux Étienne Parent* et Georges-Honoré Simard*.

Durant la guerre de 1812, Clouet servit à titre de capitaine dans le 2e bataillon de milice de la ville de Québec ; plus tard, il fut promu major. Il bénéficia aussi des faveurs du gouvernement. Ainsi en 1815 il devint commissaire chargé de superviser la démolition du vieux marché de Québec. En 1828, il obtint une commission de juge de paix du district de Québec, qu’on lui renouvela en 1830 et en 1833. Cette dernière année, il était également commissaire responsable de la construction de l’hôpital de la Marine et des Émigrés.

Clouet s’engagea aussi sur le plan social et souscrivit à la Société du feu et à la Société de Québec des émigrés. Il donna de l’argent en 1817 pour la construction de la route qui devait relier les plaines d’Abraham à Cap-Rouge. Pendant l’épidémie de choléra qui frappa durement la ville en 1832, il devint membre du bureau de santé de Québec et présida une société de bienfaisance qui tentait de porter secours aux familles pauvres, affligées par la terrible maladie.

Le 22 octobre 1822, Clouet fut élu à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada à titre de député de Québec, circonscription qu’il représenta avec John Neilson. Parlementaire assidu quoique d’arrière-scène, il prit une part active aux travaux de l’Assemblée comme à de nombreux comités formés dans le but d’étudier divers projets de loi. Toutefois, sa santé chancelante l’obligea à abandonner son siège le 23 août 1833, à l’âge de 63 ans ; c’est Louis-Théodore Besserer* qui le remplaça.

Michel Clouet mourut à Québec le 5 janvier 1836. On célébra ses funérailles dans la cathédrale Notre-Dame et l’inhumation de sa dépouille se fit dans l’église paroissiale de Beauport. Marie-Josephte Lalime hérita tous les biens de son mari. Elle délaissa le commerce de détail et préféra faire des placements sous forme de rentes constituées et d’obligations. Elle investit aussi dans l’immobilier en achetant plusieurs terres à Beauport, qu’elle loua à des fermiers. Peu avant de mourir, elle quitta la rue Buade pour se réfugier chez son neveu, le marchand Georges-Honoré Simard, où elle mourut le 4 octobre 1849. On partagea sa fortune évaluée à plus de £2 500 entre les 8 sœurs et frères de Clouet et ses 45 neveux et nièces.

Céline Cyr

ANQ-Q, CE1-1, 15 juin 1801 ; CE1-5, 9 janv. 1770, 9 janv. 1836 ; CN1-116, 23 oct. 1849, 23 mars 1850 ; CN1-208, 5, 7, 15 nov. 1836, 21 janv., 2 mars, 21 juill. 1837, 13 févr., 24 mars 1838, 27 août 1844, 24 sept. 1846 ; CN1-230, 11 oct. 1796, 14 juin 1801, 1er déc. 1808, 7 août 1810.— APC, RG 68, General index, 1651–1841.— Le Canadien, 4, 6, 9 juill. 1832.— La Gazette de Québec, 24 juill. 1794, 30 juin, 7 juill., 17 nov. 1808, 13 mars 1817.— Desjardins, Guide parl.— Officers of British forces in Canada (Irving), 143.— F.-J. Audet, « Michel Clouet », BRH, 36 (1930) : 28–29.— « Michel Clouet, député de Québec », BRH, 44 (1938) : 224.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Céline Cyr, « CLOUET, MICHEL », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/clouet_michel_7F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/clouet_michel_7F.html
Auteur de l'article:   Céline Cyr
Titre de l'article:   CLOUET, MICHEL
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1988
Année de la révision:   1988
Date de consultation:   20 avril 2014