DCB/DBC Mobile beta
+

BLINKHORN, THOMAS, colon, fermier et juge de paix, né le 3 mai 1806 à Sawtry, Angleterre, fils aîné de Thomas Blinkhorn et d’une prénommée Ann ; le 9 août 1827, il épousa Ann Beeton, de Great Gidding, Angleterre, et ils eurent un fils et deux filles ; décédé le 13 octobre 1856 à Metchosin (Colombie-Britannique).

Thomas Blinkhorn fut l’un des quelques premiers colons indépendants à venir s’établir dans l’île de Vancouver, colonie de la couronne qui avait été concédée à la Hudson’s Bay Company en 1849 à condition que celle-ci la mette en valeur. Ayant acquis « des connaissances variées et beaucoup d’expérience », Blinkhorn avait « quelque peu parcouru le monde » et, de 1837 à 1849, semble-t-il, il avait fait l’élevage des bestiaux en Australie. Il quitta l’Angleterre et arriva dans l’île de Vancouver le 9 mai 1851 ; il avait formé une association à bord du Tory avec un autre passager, James Cooper*, ancien commandant de navire au service de la Hudson’s Bay Company qui s’en retournait au fort Victoria (Victoria) en qualité de marchand indépendant et de propriétaire foncier.

Cooper prit possession de plus de 300 acres de terre à Metchosin, qui se trouvait à 9 milles du fort par mer et à 15 milles par un sentier indien traversant la forêt, et les associés ne tardèrent pas à s’engager dans diverses entreprises. Cooper fit du commerce entre l’île de Vancouver, San Francisco et l’île d’Hawaï, laissant sa ferme de Metchosin sous la direction compétente de Blinkhorn. Fils et petit-fils de meunier, celui-ci avait été fermier dans son village natal de Sawtry et avait épousé la fille d’un fermier. Durant les cinq années qui précédèrent sa mort en 1856, il défricha et mit en valeur quelque 60 acres, puis il constitua un troupeau de vaches laitières. Malheureusement, l’agent principal de la Hudson’s Bay Company qui dirigeait le fort Victoria, James Douglas*, estimait que certaines des activités commerciales de Cooper empiétaient sur le monopole de la compagnie. Les deux associés se joignirent donc aux 13 autres colons indépendants et signèrent une pétition par laquelle ils s’opposaient, mais en vain, à ce que Douglas soit choisi pour succéder à Richard Blanshard* comme gouverneur de l’île de Vancouver.

En mars 1853, Blinkhorn fut nommé « magistrat et juge de paix » en même temps que trois surintendants agricoles de la Hudson’s Bay Company ; le gouverneur Douglas le considérait comme « le seul colon indépendant ayant un degré d’instruction suffisant » pour occuper ce poste. En décembre, Douglas trouvait les nouveaux titulaires tellement ignorants de la loi qu’il avait dû les confiner à « leurs tâches ordinaires de gardiens de la paix » en établissant une cour suprême de justice civile, sous l’autorité de son beau-frère, David Cameron*. En février 1854, Blinkhorn et ses collègues de la magistrature furent au nombre des 70 colons qui adressèrent vainement une pétition à la reine en vue de s’opposer à la nomination de Cameron au poste de juge en chef.

Qualifié de « colon le plus énergique de l’île », Blinkhorn ajouta aux responsabilités qu’il avait déjà à Metchosin la gestion de la ferme que William Fraser Tolmie* possédait à Cloverdale, localité située à une distance de 15 milles, et il s’acquitta très consciencieusement de toutes ses obligations. Comme la route du fort Victoria ne se rendait pas encore à Metchosin, ses visites à Cloverdale et le fait qu’il devait siéger une fois par mois au tribunal des petites causes l’obligeaient à des voyages exténuants par tous les temps. Une fois, « en traversant la rivière sur la glace, il tomba à l’eau et dut revenir pour se changer. Il essaya d’avoir un canot, mais il n’en trouva pas, et les Indiens ne voulaient pas y aller. La neige tombait, très drue et très épaisse. » Pendant ces voyages, il prit souvent froid, « assis dans le canot sur la voie d’eau menant au fort ». Bientôt ses poumons furent gravement atteints, et il mourut le 13 octobre 1856. Il fut enseveli dans le cimetière avoisinant l’église Victoria District, connue aujourd’hui sous le nom de cathédrale Christ Church. Le 4 novembre, une vente aux enchères, au cours de laquelle « le bétail se vendit remarquablement bien », fut tenue à la ferme de Metchosin.

L’île Blinkhorn (presqu’île Blinkhorn), nommée par le capitaine George Henry Richards* en 1861 et située dans le détroit de Johnstone, ainsi que le lac Blinkhorn et le mont Blinkhorn, tous deux à Metchosin, rappellent le souvenir de ce fermier prospère et très expérimenté, qui était aimé et respecté de sa famille et de ses amis, et qui, dans les limites de ses maigres connaissances juridiques, exerça avec loyauté une fonction secondaire dans le système judiciaire de l’île de Vancouver.

Dorothy Blakey Smith

PABC, A/C/20, Vi 2 ; C/AA/10.1/2 ; C/AA/10.4/1 ; E/B/B62.3.— PRO, CO 305/5 (mfm aux PABC).— M. C. Ella, « The diary of Martha Cheney Ella, 1853–1856 », J. K. Nesbitt, édit., BCHQ, 13 (1949) : 91–112, 257–270.— G.-B., Parl., House of Commons paper, 1857 (session ii), 15, nos 224, 260, Report from the select committee on the Hudson’s Bay Company ; 1863, 38, n° 507 : 523–538, Correspondence with the governor of Vancouver’s Island, relative to the appointment of Chief Justice Cameron [...].— HBRS, 32 (Bowsfield).— Walbran, B.C. coast names.— H. H. Bancroft, History of British Columbia, 1792–1887 (San Francisco, 1887).— W. K. Lamb, « Early lumbering on Vancouver Island, part : 1844–1855 », BCHQ, 2 (1938) : 31–53.— S. F. Tolmie, « My father : William Fraser Tolmie, 1812–1886 », BCHQ, 1 (1937) : 227–240.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Dorothy Blakey Smith, « BLINKHORN, THOMAS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/blinkhorn_thomas_8F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/blinkhorn_thomas_8F.html
Auteur de l'article:   Dorothy Blakey Smith
Titre de l'article:   BLINKHORN, THOMAS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1985
Année de la révision:   1985
Date de consultation:   1 septembre 2014