DCB/DBC Mobile beta
+

BARR, ANNIE GARDNER (Gardiner) (Brown), artiste et réformatrice sociale, née le 29 juillet 1864 à Norwich, Haut-Canada, fille de James Barr et de Beatrice Eadie ; le 10 octobre 1895, elle épousa à Norwich, Ontario, George William Brown (décédé le 17 février 1919), et ils eurent une fille et un fils ; décédée le 29 juin 1921 à Regina.

D’après le recensement de 1871, Annie Gardner Barr était la benjamine d’une famille de six enfants (elle avait quatre sœurs et un frère). Ses parents étaient d’origine écossaise et son père était alors greffier de la Cour de division à Norwich. On sait peu de chose sur son enfance. Cette jeune fille douée étudia au Brantford Young Ladies’ College où, à la remise des diplômes en 1883, elle obtint des prix d’excellence. Elle développa ses talents artistiques au moyen d’une formation suivie notamment à l’Alma Ladies’ College de St Thomas, dont elle sortit en 1893. La même année, une étude pour une nature morte présentée par elle à l’Exposition universelle de Chicago reçut une mention spéciale.

Annie Gardner Barr arriva à Regina le 17 octobre 1895. Elle avait 31 ans, venait d’épouser George William Brown et atteindrait un rang élevé dans la région que l’on appelait « le dernier front pionnier de l’Ouest, et le meilleur ». Son mari était né et avait grandi à Holstein, en Ontario, et avait étudié au Brantford Collegiate Institute et à la University of Toronto. En 1882, il était parti pour les Territoires du Nord-Ouest, où lui-même et ses trois frères avaient pris des concessions statutaires. Plusieurs années après, il s’établit à Regina, capitale territoriale, et fit son droit. Il fut admis au barreau en 1892. Avocat et homme d’affaires prospère, il sentit l’appel de la politique. Il fut député libéral à l’Assemblée législative de 1894 à 1905 et, par la suite, occupa un poste d’échevin à Regina pendant une courte période. Sur la scène locale, il s’intéressa, entre autres, à l’instruction. Il appartint au conseil des écoles publiques durant plus de dix ans et prendrait en 1910–1911 une part importante à la fondation du Regina College, affilié à l’Église méthodiste.

Le 14 octobre 1910, George William Brown prêta serment à titre de lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan ; il succédait à Amédée-Emmanuel Forget. Jusqu’à sa retraite en 1915, sa femme le seconda dans l’exercice de ses fonctions. Dans des coupures de presse, Mme Brown est décrite comme une personne « tranquille et modeste », « extrêmement populaire », « parée de mille grâces et très douée intellectuellement et artistiquement ». On mentionne aussi sa dévotion à son foyer, son rôle social et sa participation à de nombreuses organisations féminines. En fait, son éducation l’avait préparée à être la châtelaine de la résidence d’un lieutenant-gouverneur. Le journal personnel qu’elle écrivit pendant cette période rend compte, en termes généralement concis, de ses nombreux champs d’intérêt et talents. (Elle tenait aussi un album, mais il porte plutôt sur les activités officielles de son mari.)

Être mère de deux jeunes enfants – Beatrice Annie, née le 8 mars 1897, et Gordon Barr, né le 15 mai 1901 – n’empêcha pas Annie Gardner Brown de devenir bien vite une personnalité à Regina. Fervente méthodiste (elle avait été presbytérienne avant son mariage), elle allait à l’église Metropolitan et œuvrait au Ladies’ Aid de cette congrégation. Apparemment, c’est par cette voie qu’elle s’engagea dans le Local Council of Women. Le conseil chapeautait la plupart des organisations féminines, et elle y exerça des fonctions de direction.

L’Union chrétienne de tempérance des femmes, la Young Women’s Christian Association, l’Imperial Order Daughters of the Empire, le Women’s Musical Club, l’Aberdeen Association et l’Hospital Aid comptent parmi les multiples groupes dont Mme Brown fut membre (et où, dans certains cas, elle occupa un poste). En 1913, elle commença à fréquenter le Women’s Educational Club. Formé peu de temps auparavant, ce cercle soutenait le Regina College et était voué principalement à une cause qui fut toujours chère à Mme Brown, l’avancement des arts. Cependant, l’organisme dont le nom revient le plus souvent dans son journal est le Kannata Club de Regina. Ce petit groupe de femmes que réunissait un penchant pour la culture et les choses de l’esprit s’intéressait dans une certaine mesure aux questions touchant les droits féminins. Mme Brown ne fut jamais à l’avant-garde de la lutte pour l’obtention du suffrage féminin en Saskatchewan (qui deviendrait en 1916 la deuxième province à accorder le droit de vote aux femmes), mais elle assista à au moins une assemblée locale en faveur de cette réforme, et elle figure à titre de présidente honoraire dans l’en-tête du papier à lettres du Provincial Equal Franchise Board of Saskatchewan, formé en 1915. Comme tant d’autres « femmes [membres] d’organisations », elle se dévoua sans relâche pendant la Première Guerre mondiale, notamment au sein de la Croix-Rouge. Sa nécrologie dans le Morning Leader de Regina signale d’ailleurs que, en 1920, le roi, le gouvernement et la Croix-Rouge de Serbie lui témoignèrent leur reconnaissance pour le travail qu’elle avait accompli à la présidence du Saskatchewan Serbian Relief Committee.

Au moment de son décès, Annie Gardner Barr Brown était veuve depuis plus de deux ans.

Ann Leger-Anderson

AO, RG 80-5-0-227, nº 9216.— BAC, RG 31, C1, 1871, South Oxford County, Ontario, North Norwich, div. 3 : 36.— Saskatchewan Arch. Board (Saskatoon), S-1.20 (Annie G. Brown fonds) (mfm).— Morning Leader (Regina), 30 juin 1921.— N. F. Black, History of Saskatchewan and the North-West Territories (2 vol., Regina, 1913), 1 : 307.— Who’s who and why, 1914.— Who’s who in western Canada [...] (Vancouver), 1912.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Ann Leger-Anderson, « BARR, ANNIE GARDNER (Brown) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/barr_annie_gardner_15F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/barr_annie_gardner_15F.html
Auteur de l'article:   Ann Leger-Anderson
Titre de l'article:   BARR, ANNIE GARDNER (Brown)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2005
Année de la révision:   2005
Date de consultation:   30 août 2014