DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

GIBBONS, SIMON THOMAS – Volume XII (1891-1900)

décédé le 14 décembre 1896 à Parrsboro, Nouvelle-Écosse

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

ÉLIE, JACQUES, cinquième maître des hautes œuvres officiel du Canada, né vers 1682 dans le village de Parcoul (Saintonge), fils de Jean Helie et de Marie-Joseph Marechal ; décédé le 23 mai 1710 sur les bords de la rivière Duchesne, dans la seigneurie de Deschaillons.

Arrivé assez jeune en Nouvelle-France, Élie séjourna d’abord en Acadie où, à Port-Royal, il fut condamné à la peine capitale. Comme on n’avait pas d’exécuteur en Acadie, on l’envoya se faire pendre à Québec. En novembre 1705, il se trouvait dans les prisons de la conciergerie lorsque le Conseil souverain lui demanda, le Canada étant sans maître des hautes œuvres depuis deux ans, de remplir l’office de bourreau. Il accepta à la condition que sa condamnation fût définitivement annulée.

Jacques Élie était un escroc de la pire espèce et, dès qu’il fut mis en liberté, il se remit à voler, et ce, malgré de fréquents séjours en prison.

Le 4 octobre 1707, il épousait à Québec Marie-Joseph Maréchal, qui lui donna deux fils. Exaspérés par les insultes que les Québécois ne cessaient de leur adresser, les Élie décidèrent de fuir en Nouvelle-Angleterre. Ils confièrent leur sort au Panis Nicolas, qui s’engagea à les guider. Mais, après une journée de route, le Panis, dans la nuit du 22 au 23 mai 1710, les attaqua pendant leur sommeil. Il assassina Jacques Élie et son fils aîné, blessa sérieusement sa femme et son benjamin, vola leurs effets, puis s’enfuit. Le bourreau et son fils furent inhumés sur les lieux mêmes du crime. Sa femme et son autre fils moururent à Québec le 2 juillet des suites de leurs blessures.

André Lachance

AHDQ, Registres des malades.— AJQ, Registre d’état civil de Notre-Dame de Québec.— AQ, NF, Coll. de pièces jud. et not., 377, 447 ; NF, Dossiers du Cons. sup., Mat. crim., III : 193ss.— Jug. et délib., V : 192.— A. Lachance, Le bourreau au Canada sous le régime français (« SHQ, Cahiers d’histoire », XVIII, 1966), 67–72.— M. Trudel, L’esclavage au Canada français ; histoire et conditions de l’esclavage (Québec, 1960), 225.

Bibliographie de la version révisée :
Bibliothèque et Arch. nationales du Québec, Centre darch. de Québec, CE301-S1, 4 oct. 1707 ; TP1, S777, D133 ; ZQ6-S116, 2 juill. 1710.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

André Lachance, « ÉLIE, JACQUES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 14 déc. 2018, http://www.biographi.ca/fr/bio/elie_jacques_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/elie_jacques_2F.html
Auteur de l'article:   André Lachance
Titre de l'article:   ÉLIE, JACQUES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   2018
Date de consultation:   14 décembre 2018