DCB/DBC Mobile beta
+

NEALE, PERCY REGINALD, officier de la Police à cheval du Nord-Ouest, marchand, fonctionnaire et criminel, né en 1851 en Angleterre ; il épousa Sarah Champness ; décédé le 1er février 1906 à Winnipeg.

Après avoir servi dans l’armée britannique, Percy Reginald Neale arriva au Canada probablement en 1873. Cette année-là, il entra à titre de sous-officier supérieur dans la Police à cheval du Nord-Ouest, que l’on venait de constituer. Presque tout de suite, il joua un rôle déterminant dans un incident mineur qui survint à Lower Fort Garry, au Manitoba, et qui contribua à façonner l’esprit de corps de cette police. Il s’interposa lorsque le lieutenant-colonel William Osborne Smith*, officier de milice qui venait tout juste de passer le commandement de la police au commissaire George Arthur French*, réprimanda injustement un sous-officier subalterne. French prit la défense des deux sous-officiers, ce qui galvanisa le moral des hommes.

Neale fit une assez belle carrière dans la police. Le 15 juillet 1875, il en fut nommé quartier-maître et, cantonné à Regina, il ne tarda pas à rétablir l’efficacité au service de ravitaillement. Ses supérieurs le récompensèrent en 1876 en lui conférant le grade de sous-inspecteur, qui fut reclassé par la suite inspecteur. Il demeura officier du ravitaillement et, le 1er avril 1884, fut promu surintendant. Pendant la rébellion du Nord-Ouest, en 1885, il commanda les policiers à cheval qui firent partie de la colonne du lieutenant-colonel William Dillon Otter*, groupe de la North-West Field Force qui fut envoyé à Battleford (Saskatchewan). Le 2 mai, il participa à l’attaque du campement de Faiseur d’Enclos [Pītikwahanapiwīyin**] près du mont Cut Knife.

Après le soulèvement, Neal prit le commandement de la division de la Police à cheval du Nord-Ouest qui était affectée au fort Macleod (Fort Mcleod, Alberta). Commander une division était une lourde tâche, et cette responsabilité contribua peut-être aux problèmes personnels qu’il connut. Il se mit à boire immodérément, de sorte qu’il n’arrivait même plus à gérer convenablement l’approvisionnement. Lui-même et sa femme faisaient des extravagances et s’endettaient de plus en plus. Quand elle tomba malade, il fut si inquiet que son travail souffrit davantage. Le 8 décembre 1888, le commissaire Lawrence William Herchmer* le releva de ses fonctions et l’envoya en congé. Neale ne reprit jamais le commandement ; le 31 juillet 1890, la police le libéra pour raisons de santé en lui remettant une prime de 1 750 $.

Neale tenta par la suite de tirer quelque profit de son expérience d’officier du ravitaillement. Il tint, à Lethbridge (Alberta), un magasin où il offrait tout un éventail de marchandises, des lunettes d’approche jusqu’à la papeterie. Le couple habitait avec les parents de Mme Neale, Sarah et Fred Champness. Ce dernier était receveur des douanes à Lethbridge ; le 1er novembre 1892, un nouveau poste de douane placé sous son autorité fut établi sur la rivière St Mary. Le fonctionnaire affecté à ce poste était nul autre que Percy Neale, qui assuma en plus, un an après, la direction du poste de douane du fort Macleod. Le 1er septembre 1894, après avoir dérobé 6 976,20 $ de fonds publics, Neale passa aux États-Unis pour se rendre en Angleterre.

Recherché, Percy Reginald Neale se retrouva sous bonne garde à Londres dès le 19 septembre. Renvoyé à Regina pour y subir son procès, il put restituer 4 740 $. Il plaida coupable et réclama la clémence. Il avait agi dans un moment de folie, disait-il, et il évoqua les nombreuses années pendant lesquelles il avait été un fonctionnaire loyal. Bien qu’il l’ait compté parmi ses vieux amis, le président du tribunal, Hugh Richardson*, resta de glace ; faisant remarquer que Neale connaissait la loi mieux que quiconque, il le condamna à sept ans de prison. Après avoir purgé sa peine, Neale vécut à Winnipeg, où il travailla à temps partiel au bureau de l’ingénieur municipal. Il mourut le 1er février 1906 d’une hémorragie cérébrale.

William Beahen

AN, RG 18, 9, 118 ; RG 31, C1, 1891, Lethbridge, 15.— Gendarmerie royale du Canada (Ottawa), Hist. Sect., Service file 0.34 (Percy Neale).— Macleod Gazette (Fort Macleod, [Alberta]), 1890–1891, 1894.— Regina Leader, 1894.— Canada, Parl., Doc. de la session, rapports annuels du commissaire de la Police à cheval du Nord-Ouest, 1873–1890.— Philip Goldring, « The first contingent : the North-West Mounted Police, 1873–74 », Lieux hist. canadiens : cahiers d’archéologie et d’hist. (Ottawa), n° 21 (1979) : 5–40.— Herbert Legg, Customs services in western Canada, 1867–1925 : a history (Creston, C.-B., 1962).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

William Beahen, « NEALE, PERCY REGINALD », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/neale_percy_reginald_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/neale_percy_reginald_13F.html
Auteur de l'article:   William Beahen
Titre de l'article:   NEALE, PERCY REGINALD
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   20 décembre 2014