DCB/DBC Mobile beta
+

MANTLE, ALFRED FRANK, journaliste, fonctionnaire et officier, né le 5 février 1882 à South Hornsey (Londres), fils de George Freeston Mantle, fabricant d’articles en cuir, et de Sophia Isabella Dobson ; le 13 avril 1904, il épousa à Belmont, Manitoba, Ethel R. Speer, et ils eurent deux fils et une fille ; décédé le 26 septembre 1916 près de Courcelette, France.

Alfred Frank Mantle aurait fait ses études dans un orphelinat de Watford, en Angleterre. Ensuite, il fut commis au bureau d’un entrepreneur à Londres avant d’immigrer à Winnipeg en 1898. Il demanda en 1902 une concession statutaire dans le voisinage de l’emplacement actuel d’Alameda, en Saskatchewan, mais fit annuler sa demande l’année suivante parce qu’il avait loué une ferme dans le district de Belmont au Manitoba. Mantle n’était pas un colon ordinaire. Correspondant agricole du Star de Belmont et des journaux qui lui succédèrent, il assuma en 1908 la fonction de directeur des pages agricoles au Manitoba Morning Free Press.

En 1909, Mantle abandonna le journalisme pour entrer au département de l’Agriculture de la Saskatchewan en qualité de secrétaire à la statistique. Il manifesta rapidement ses qualités de chef, et fut nommé sous-ministre de l’Agriculture en 1910. À ce titre, il occuperait plusieurs autres postes dans les années suivantes : secrétaire de l’Agricultural Credit Commission en 1913 et de la Grain Markets Commission en 1914, président du bureau d’attribution des permis pour les étalons, membre du conseil d’administration des foires hivernales et estivales. Ses talents d’administrateur et son intelligence en faisaient un homme très respecté. Un de ses plus grands admirateurs était son propre supérieur, le ministre de l’Agriculture William Richard Motherwell*, qui louait non seulement ses dons administratifs mais aussi sa façon d’aborder l’agriculture en gardant un « sain équilibre » entre les « aspects pratiques et théoriques ».

En août 1915, Mantle s’enrôla dans le 68th Infantry Battalion de l’armée canadienne. Peu après, bien qu’il ait détenu le grade de major, il demanda d’être ramené temporairement au grade de capitaine et d’être muté au 28th Infantry Battalion afin d’aller servir outre-mer. Sa requête fut acceptée et il s’embarqua pour l’Europe le 8 juillet 1916. Le 24 septembre, le 28th Battalion releva le 1 st Battalion près de Courcelette, en France, sur le front de la Somme. Deux jours plus tard, Mantle, âgé de 34 ans, fut abattu par un tireur isolé.

La nouvelle de sa mort ébranla bon nombre de ses ex-collègues du gouvernement de la Saskatchewan. Motherwell raconte : « quand la triste nouvelle a couru dans les divers départements gouvernementaux [...] tout le monde a été choqué et attristé. Mais, au département qu’il dirigeait à titre de sous-ministre [...] avec un succès si remarquable et une adhésion si générale, on a été tout simplement stupéfié [...] Tout le monde dit maintenant [...] que des hommes aussi indispensables que Frank Mantle à une nouvelle contrée comme la Saskatchewan ne devraient pas être autorisés à s’enrôler. » D’autres ministres de la couronne et Charles Avery Dunning*, directeur de la Saskatchewan Co-operative Elevator Company, abondèrent dans le même sens.

Le 8 octobre, un service commémoratif eut lieu en l’église presbytérienne Westminster de Regina, que Mantle avait fréquentée assidûment et activement. Des représentants du gouvernement provincial, de la municipalité de Regina, de la Saskatchewan Co-operative Elevator Company, de la Saskatchewan Grain Growers’ Association et du Bureau de commerce de Regina assistèrent à la cérémonie.

Le souvenir de Mantle resta vivace longtemps après sa mort. En 1923, Francis Hedley Auld, sous-ministre de l’Agriculture de la Saskatchewan, forma un comité dans son département afin de recueillir des souscriptions pour un fonds de bourses d’études. Conçu pour aider les enfants de fermiers à suivre des études supérieures à la University of Saskatchewan, le Mantle Memorial Scholarship Fund fut officiellement constitué par une loi en 1926. Lorsqu’il cessa d’exister, en 1983, il avait aidé plus d’une centaine d’étudiants.

Deux ans avant la liquidation du fonds, ses fiduciaires avaient autorisé la pose d’une plaque commémorative en l’honneur d’Alfred Frank Mantle. Installée dans une salle de réunion du département de l’Agriculture, elle fait mention de ses réalisations de sous-ministre et de sa mort tragique au cours de la Première Guerre mondiale.

Gordon C. Church

AN, RG 150, Acc. 1992–93/166.— General Register Office (Londres), Reg. of births, Hornsey (Middleses), 5 févr. 1882.— Saskatchewan Arch. Board (Regina), Homestead files ; R-1049 (documents de la Mantle Memorial Scholarship).— Morning Leader (Regina), 4–5, 9 oct. 1916.— Western Producer (Saskatoon), 24 sept. 1981 : A29.— The path of the pioneers, 1889–1989, Belmont and district (Belmont, Manitoba, 1989).— Saskatchewan, Statutes, 1925–1926, c. 76.— Who’s who in western Canada, C. W. Parker, édit. (Vancouver), 1911.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Gordon C. Church, « MANTLE, ALFRED FRANK », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mantle_alfred_frank_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mantle_alfred_frank_14F.html
Auteur de l'article:   Gordon C. Church
Titre de l'article:   MANTLE, ALFRED FRANK
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   23 août 2014