DCB/DBC Mobile beta
+

HENEY, MICHAEL JAMES, entrepreneur de chemin de fer, né le 24 octobre 1864 près de Stonecliffe, Ontario, fils de Thomas Heney et de Mary Ann McCourt, fermiers ; décédé célibataire le 11 octobre 1910 à San Francisco et inhumé à Seattle, Washington.

À l’âge de 14 ans, Michael James Heney, fils d’immigrants irlandais, s’enfuit de chez lui, dans la vallée de l’Outaouais, pour aller travailler à la construction du chemin de fer canadien du Pacifique. Un de ses frères aînés ne tarda pas à le retrouver et le ramena à la ferme. Il y resta jusqu’en juin 1882 puis, ayant atteint 17 ans, il se mit en route pour l’Ouest afin d’atteindre un chantier de la ligne de chemin de fer, à Elkhorn, au Manitoba. Il travailla d’abord comme muletier, après quoi il fut promu à la pose des rails, mais son ambition était de tout savoir sur la construction ferroviaire. En 1883, il eut la chance d’être affecté à une équipe d’arpentage. Il passa les années 1884 et 1885 dans les montagnes de la Colombie-Britannique, où il acquit de solides connaissances sur toutes les étapes de la construction d’un chemin de fer.

Bien que Heney n’ait eu que 21 ans au moment de l’achèvement du chemin de fer canadien du Pacifique, il se sentait déjà assez compétent pour être entrepreneur indépendant. Il retourna dans l’Est pour acquérir un diplôme d’ingénieur, répondant ainsi au souhait de son père, mais il ne tarda pas à regagner la Colombie-Britannique, où la Compagnie du chemin de fer canadien du Pacifique lui confia plusieurs marchés de construction. En 1887, il s’installa à Seattle, dans l’État de Washington. En deux ans, celui qu’on appelait « le gamin entrepreneur » construisit le Seattle Lake Shore and Eastern Railroad.

En 1896, Heney bâtit une centrale hydraulique à la mine d’Anchor Point, en Alaska, ce qui stimula sa passion pour le Nord. Deux ans plus tard, au moment où la ruée vers l’or du Klondike battait son plein, il fit un levé préliminaire du col White afin de déterminer le tracé d’un chemin de fer qui se rendrait à l’intérieur du Yukon. À Skagway, il rencontra par hasard trois arpenteurs qui travaillaient pour le compte de la Close Brothers and Company de Londres, société financière qui avait entrepris de construire un chemin de fer de Skagway à Whitehorse, au Yukon, le White Pass and Yukon Railway. On l’embaucha comme contremaître, mais c’est en qualité d’entrepreneur officiel qu’il termina les deux derniers tiers de cette ligne de 110,7 milles. Le 29 juillet 1900, avec d’autres dignitaires, il planta le dernier crampon de traverse à Caribou Crossing (Carcross, Yukon). C’est au cours de cette période que sa haute réputation d’entrepreneur ferroviaire traversa les frontières.

Bien avant 1901, l’attention de Heney s’était portée sur de riches concessions de cuivre de l’Alaska dans lesquelles la J. P. Morgan and Company et l’American Smelting and Refining Company des Guggenheim avaient des intérêts. Il fonda la Copper River Railway Company et fit tracer dans la vallée de la rivière Copper un trajet qui pourrait desservir ces concessions et les gros gisements houillers de la région. Avec l’aide de la Close Brothers and Company et de l’ingénieur Erastus Corning Hawkins, il entreprit la construction de son chemin de fer le 1er avril 1906. Faisant fi de son levé, les compagnies américaines lancèrent la construction de leur propre voie ferrée. Puis, après s’être rendu compte que leur trajet était impraticable, elles durent verser 250 000 $ à Heney pour son levé et lui confier l’achèvement de la ligne, le Copper River and Northwestern Railroad.

En juillet 1909, les sections les plus difficiles étant terminées, Heney partit pour Seattle, où il avait des affaires à régler. Un mois plus tard, le vapeur Ohio, à bord duquel il retournait dans le Nord, heurta un rocher dans le détroit de Milbanke, en Colombie-Britannique, et coula. Heney dirigea les opérations de sauvetage, mais prit un refroidissement qui dégénéra en tuberculose pulmonaire. Il mourut environ un an après. Sa succession, d’une valeur de un million de dollars, alla à divers parents, amis et œuvres de bienfaisance.

Michael James Heney était un homme courageux, résolu, qui comprenait intuitivement les problèmes complexes de génie. Ses associés le surnommaient affectueusement « Big Mike » ou le prince irlandais. En reconnaissance de ce qu’il a fait pour le Nord-Ouest, on a donné son nom à une chaîne de montagnes de l’Alaska, à un pic montagneux et à un glacier.

Roy Minter

Outre les sources mentionnées ci-dessous, ce texte s’inspire de l’entrevue de l’auteur avec Archibald Williamson (Archie) Shiels, secrétaire particulier de Michael James Heney durant la construction du Copper River and Northwestern Railroad.

Le romancier américain Rex Ellingwood Beach s’est servi de l’un des exploits de Heney pour son livre The iron trail ; an Alaskan romance (New York, 1913), récit sur la construction du chemin de fer en Alaska.  [r. m.]

Calif. State Board of Health (Sacramento), Medical certificate of death for M. J. Heney.— Daily Alaskan (Skagway), 24 août, 2, 8, 9 sept. 1900.— Seattle Daily Times (Seattle, Wash.), 14 oct. 1910.— Seattle Post-Intelligencer, 12, 20 oct. 1910.— Skagway News, 25 nov. 1898.— M. J. Barry, A history of mining on the Kenai peninsula ([Anchorage, Alas., 1973]).— F. W. Burch, « Alaska’s railroad frontier : railroads and federal development policy, 18981915 » (thèse de ph.d., Catholic Univ. of America, Washington, 1965).— Dictionary of Alaska place names, D. J. Orth, compil. (Washington, 1967).— [SH. Graves], On the « White Pass » pay-roll, by the president of the White Pass & Yukon route (Chicago, 1908).— E. A. Herron, Alaska’s railroad builder, Mike Heney (New York, [1960]).— L. E. Janson, The copper spike (Anchorage, [1975]).— Roy Minter, The White Pass : gateway to the Klondike (Toronto, 1987).— F. B. Whiting, Grit, grief and gold : a true narrative of an Alaska pathfinder (Seattle, 1933).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Roy Minter, « HENEY, MICHAEL JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/heney_michael_james_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/heney_michael_james_13F.html
Auteur de l'article:   Roy Minter
Titre de l'article:   HENEY, MICHAEL JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   20 avril 2014