DCB/DBC Mobile beta
+

DUROCHER, FLAVIEN, prêtre, sulpicien, oblat de Marie-Immaculée, missionnaire, curé, né à Saint-Antoine-sur-Richelieu (comté de Verchères) le 7 septembre 1800, fils d’Olivier-Amable Durocher et de Geneviève Durocher, décédé à Québec, le 6 décembre 1876.

Après avoir étudié, de 1818 à 1820, au collège de Montréal, Flavien Durocher y enseigne jusqu’en 1823 ; le 20 septembre, il est ordonné prêtre. Nommé vicaire à Notre-Dame de Montréal, puis à Trois-Rivières, il entre en 1827 chez les sulpiciens qui l’agrègent l’année suivante. Il reprend l’enseignement à Montréal (1827–1829), puis devient vicaire à la réserve indienne du Lac-des-Deux-Montagnes (Oka) où, jusqu’en 1843, il se dévoue auprès des Algonquins, pour lesquels il fait imprimer quelques ouvrages.

Désireux de se donner plus entièrement à l’évangélisation des Indiens, il entre au noviciat des oblats à Longueuil (comté de Chambly) en 1843 et est envoyé, un an plus tard, à la résidence Saint-Alexis de la Grande-Baie (Grande-Baie, comté de Chicoutimi). Nommé supérieur en 1849, il est chargé de la surveillance de quatorze missions chez les Blancs et de huit missions montagnaises à Chicoutimi, au Lac-Saint-Jean et dans les postes du roi établis sur les rives du Saint-Laurent et jusqu’au Labrador. Il doit ainsi couvrir un territoire de plus de 200 lieues. Pour ces Indiens, il compose des livres de prières et construit des chapelles, en particulier à Bersimis.

Les oblats jugent alors qu’ils seraient mieux situés à Québec, même pour l’évangélisation des Indiens ; ils quittent leur résidence du Saguenay en 1853 et prennent en charge la chapelle Saint-Sauveur, érigée par l’abbé Zéphirin Charest et inaugurée le 29 juin 1853. Durocher est nommé directeur de la nouvelle résidence (1853–1873). À la suite de l’incendie du 14 octobre 1866, la desserte de Saint-Sauveur est érigée en paroisse et Flavien Durocher, désigné à cette cure, fait renaître de leurs cendres l’église et les écoles.

Ce travail ne l’empêche pas de conserver son intérêt pour les missions indiennes – la résidence des Escoumains, puis celle de Bersimis dépendant de Québec. Il visite, presque chaque année, la mission du Lac-Saint-Jean et travaille à l’établissement de missions chez les Naskapis de l’intérieur du Labrador et de la baie d’Ungava.

Homme vif, tenace et dévoué, Flavien Durocher a été considéré comme un pasteur zélé par plusieurs générations de fidèles de Saint-Sauveur dont il fut le curé de 1867 à 1876. Un lac et un canton de la province de Québec portent son nom et un monument a été érigé en son honneur dans la ville de Québec.

Gaston Carrière

Les AHO conservent plusieurs textes du père Flavien Durocher ; les principaux manuscrits sont : Anicinâbe aiamie Kikkinwa’ amigusi kiwek’amang Kanactogeng, 1842 ; Pierre Cholenec, Vie de Catherine Tekakwita appelée en algonquin Mitakwenibekwe, morte en odeur de sainteté au Sault St Louis en 1680, à l’âge de 24 ans, traduit de l’algonquin par Flavien Durocher ; Dictionnaire français-montagnais, [1846–1847] ; Instructions sur le sacrement de pénitence [algonquin], 1834 ; Kikijeb gaie onaguci aimaianiwang. Manadji’ata K.M., 82–121 ; Tebeniminang Jezos ka iji-pimâtisigubanen akking ij onbiwinitagogubanen wakwing Kikkinawâcijikâtêm ka on dimikâtênik o miniwadjimowiniwang Kwa Mattieu, Kwa Mark, Kwa Luk, Kwa Jan. Les principaux textes imprimés sont : Aiamie kushkuskutu mishinaigan ([Québec], 1847) ; [Pierre Cholenec], Catherine Tekakouita (traduit de l’algonquin par Flavien Durocher, [Montréal], 1876) ; Ir mishiniigin. Eku omeru tshe apatstats Ishkuamishkornuts, Uiapokornuts, Uashaornuts, Mashkuarornuts, Shikotimiornuts kie Piokuakmiornuts ([Montréal], 1852).  [g. c.]

AAQ, PP. Oblats ; Registres des lettres des évêques de Québec.— Archives générales O.M.I. (Rome), Dossier Flavien Durocher (copie aux AHO).— Archives provinciales O.M.I. (Montréal), Dossier Flavien Durocher ; Dossier Québec ; Dossier Saguenay (copies aux AHO).— Marcel Bernad, Bibliographie des missionnaires Oblats de Marie-Immaculée. I : Écrits des missionnaires oblats, 1816–1915 (1 vol. paru, Liège, 1922).— Notices nécrologiques des O.M.I., III : 301–331.— A.-L. Bertrand, Bibliothèque sulpicienne ou histoire littéraire de la Compagnie de Saint-Sulpice (3 vol., Paris, 1900), II : 376s.— Gaston Carrière, Un apôtre à Québec ; le père Flavien Durocher, o.m.i. (1800–1876), premier curé de Saint-Sauveur (Montréal, 1960).— Adrien Valiquette, Biographie du révérend père Flavien Durocher, premier curé de Saint-Sauveur de Québec (Québec, 1911).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Gaston Carrière, « DUROCHER, FLAVIEN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/durocher_flavien_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/durocher_flavien_10F.html
Auteur de l'article:   Gaston Carrière
Titre de l'article:   DUROCHER, FLAVIEN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   2 septembre 2014