DCB/DBC Mobile beta
+

BARNARD, JOHN, ministre congrégationaliste, né le 6 novembre 1681 à Boston, fils de John Barnard et d’Esther Travis, décédé le 24 janvier 1770 à Marblehead, Massachusetts.

Le père de John Barnard, charpentier de son métier, fut élu en 1701 membre du conseil municipal de Boston. Barnard obtint son baccalauréat ès arts à Harvard en 1701 et sa maîtrise en 1703. Alors qu’il était à Harvard, il étudia aussi la théologie sous la direction de Cotton Mather. Cependant, en 1707 ses relations avec la faction Mather avaient pris fin.

En 1707, il fut l’un des cinq aumôniers militaires affectés à l’expédition contre Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.) sous le commandement du colonel John March* de Newbury. Barnard préconisa un siège énergique de ce fort, et, à plusieurs reprises, s’exposa personnellement au feu ennemi ; cependant l’expédition fut un échec. Un « scandaleux écart de conduite » au camp – s’être permis de jouer aux cartes – eut pour résultat l’aveu et la contrition de Barnard à son retour à Boston. Après cette expédition, il mena encore pendant quelques années une vie errante et aventureuse. Il passa à peu près un an en Angleterre (17091710) où il fréquenta librement tant les milieux religieux que les groupes de commerçants.

Le 18 juillet 1716, Barnard fut ordonné par l’Église de Marblehead qu’il desservit jusqu’à la fin de sa vie. Le 18 septembre 1718, il épousa Anna Woodbury (Woodberry) d’Ipswich ; ils n’eurent pas de descendance. Barnard s’occupa activement de favoriser le commerce de la ville de Marblehead ; grâce à lui, celle-ci atteignit une certaine autonomie économique. Il prit également à sa charge les études de plusieurs jeunes gens pauvres. En 1745, on lui offrit une aumônerie pour l’expédition contre Louisbourg, île Royale (île du Cap-Breton), mais sa congrégation le persuada de refuser en raison de son âge.

George E. Bates

On trouve dans Shipton, Sibleys Harvard graduates, IV : 501–514, la meilleure esquisse biographique de John Barnard ainsi qu’une bibliographie de ses écrits. Shipton prouve que plusieurs ouvrages attribués au révérend John Barnard sont de la main du diacre John Barnard, d’Andover, Mass. Les manuscrits de Barnard se trouvent à la bibliothèque de la Mass. Hist. Soc. Son « Autobiography », datée du 14 nov. 1766, est publiée dans Coll. of the Mass. Hist. Soc., 3e sér., V (1836) : 177–243. Voir aussi :DAB et W. B. Sprague, Annals of the American pulpit [...] (9 vol., New York, 1857–1869), I : 252–258.  [g. e. b.]

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

George E. Bates, « BARNARD, JOHN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 31 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/barnard_john_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/barnard_john_3F.html
Auteur de l'article:   George E. Bates
Titre de l'article:   BARNARD, JOHN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   31 octobre 2014