DCB/DBC Mobile beta
+

LENEUF DE LA VALLIÈRE ET DE BEAUBASSIN, MICHEL père, capitaine, commandant et gouverneur de l’Acadie, major, seigneur de Beaubassin, baptisé le 31 octobre 1640 à Trois-Rivières, troisième fils de Jacques Leneuf * de La Poterie, gouverneur de cette ville, et de Marguerite Legardeur, décédé en 1705.

Après avoir étudié en France, Michel revint au Canada en 1657. Selon Charlevoix*, il commandait à l’île Royale (île du Cap-Breton), en 1666, sous Nicolas Denys*. Il épousa en premières noces, probablement en 1666, la fille unique de ce dernier, Marie Denys, et en secondes noces, vers 1683, Françoise, fille de Simon Denys* de La Trinité. Il eut huit enfants, tous de son premier mariage.

Dès 1672, il aurait fondé un poste de traite dans l’isthme de Chignecto, tout en consacrant une partie de son temps à l’industrie de la pêche, à la culture, à la colonisation et aux armes. Le 24 octobre 1676, Buade* de Frontenac lui octroyait un terrain de dix lieues carrées, à titre de seigneurie de Beaubassin. Plus tard, cette région deviendra l’un des points stratégiques des luttes entre Français et Anglais en Acadie.

Le 7 mai 1676, sur l’ordre de Frontenac, La Vallière alla croiser sur les côtes acadiennes afin d’épier l’ennemi. C’est ainsi qu’avec son beau-frère, le sieur Richard Denys* de Fronsac, comme second au commandement, il saisit trois caiches de Boston qui chargeaient du charbon au Cap-Breton ; deux d’entre elles furent déclarées bonnes prises.

En 1678, il était promu commandant de l’Acadie, à la place de Pierre de Joybert*. Il jouissait de la faveur de Frontenac qui, en 1681, le recommandait au ministre comme futur gouverneur, étant « un gentilhomme qui a toutes les qualités d’esprit et de courage nécessaires pour bien s’acquiter d’un tel employ ». Duchesneau* voyait d’un mauvais œil une telle protection, ce qui fut cause par la suite d’un désaccord entre Duchesneau et Frontenac. Nommé gouverneur en 1683, La Vallière n’exerça ses fonctions que pendant un an à Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.) ; après quoi, il réintégra son domicile à Beaubassin.

Ses nombreux démêlés semblent lui avoir nui. Le plus important fut celui qu’il eut avec Bergier* qui, depuis 1682, dirigeait la Compagnie de la pêche sédentaire de l’Acadie. Bergier lui reprochait de gêner son entreprise par la distribution trop libérale de permis de pêche aux Bostoniens et de préparer ainsi la perte de l’Acadie. L’intendant de Meulles continua malgré tout d’appuyer La Vallière mais la cour, cédant aux instances de la compagnie, le remplaça par François-Marie Perrot* qui fut nommé gouverneur en avril 1684.

La Vallière entretenait de bonnes relations avec le gouverneur de Boston, Simon Bradstreet, à qui il exprimait le 8 août 1684 son regret d’avoir appris de Bergier, arrivé de France, l’interdiction prochaine du commerce entre les deux colonies.

À l’automne de 1685, il avait l’honneur d’accueillir à Beaubassin Jacques de Meulles, qui faisait une visite officielle en terre acadienne. L’intendant dut passer l’hiver en compagnie de La Vallière qu’il considérait comme la personne la plus apte à le renseigner sur la colonie. C’est grâce au petit voilier de La Vallière, le Saint-Antoine, affecté au cabotage entre Port-Royal et la baie Française (baie de Fundy), que l’intendant de Meulles put se rendre à Port-Royal au printemps de 1686. Sur les ordres de Brisay de Denonville, La Vallière retourna en France l’automne suivant rendre compte de la situation de l’Acadie. À cette occasion, Denonville exprima au ministre ses doutes sur les accusations portées contre La Vallière en Acadie.

Au cours de 1687, il confia son domaine seigneurial à son futur gendre, Claude-Sébastien de Villieu, et revint au Canada. Fait garde de la marine en avril de cette même année, il reçut une double promotion en 1689 : celle de lieutenant en Acadie, en juin, et celle de capitaine des gardes de Frontenac, en octobre. Lors du siège de Québec par Phips* en 1690 il fut chargé de procéder, à la pointe de Lévis, à l’échange des prisonniers, parmi lesquels se trouvaient Pierre Bécart de Granville et l’abbé Trouvé ; il s’acquitta si bien de sa tâche que Frontenac le recommanda pour le grade de major.

En 1691, il devint capitaine à la place de M. d’Escairac (Desquerac) et, en août 1695, on lui laissa le commandement du fort Cataracoui (Frontenac) avec 48 hommes et l’ordre de chercher à s’entendre avec les Iroquois. De retour à Québec au printemps de 1696, il s’embarqua en juin sur la Bouffonne avec, comme officiers, deux de ses fils, Alexandre et Jacques, Charles Bécart de Fonville et 150 hommes d’équipage, afin d’aller harasser l’ennemi sur les côtes de l’Acadie. C’est en septembre de la même année que Church attaqua et dévasta Beaubassin.

Louis XIV nomma La Vallière major de Montréal, le 28 mai 1699. À l’automne, Callière lui confia, avec le père Bruyas, la mission diplomatique de se rendre auprès du gouverneur de Boston, Bellomont, afin de rapatrier les prisonniers français et de connaître l’attitude de ce dernier à l’endroit des Indiens. Selon un mémoire conjoint de Callière et de Bochart de Champigny au ministre, en date du 6 novembre 1700, La Vallière était en mauvaise situation financière et ils le recommandaient à sa protection. Deux ans plus tard, le roi lui accorda une gratification de 500# pour l’aider à mettre sur pied en Acadie un établissement de pêche aux marsouins, mais on ne croit pas qu’il ait jamais donné suite à ce projet.

À l’automne de 1704, La Vallière rentra en France porteur de lettres officielles de la part de Rigaud de Vaudreuil et de François de Beauharnois*. Ces derniers l’y déléguèrent en raison de ses profondes connaissances des besoins du pays, des Indiens et des troupes, et parce que, selon eux, il méritait la considération du ministre. Il y a tout lieu de croire qu’il profita de l’occasion pour solliciter la ratification de la concession originale de son domaine seigneurial de Beaubassin (1676), qui fut faite effectivement le 2 juin 1705. Cet arrêt confirmait les titres seigneuriaux de La Vallière à Beaubassin et à Chipoudy, tout en reconnaissant aux colons primitifs de ces lieux leurs droits d’occupation. Ainsi prenaient fin les contestations entretenues à son endroit par deux groupes d’Acadiens de Port-Royal : celui du chirurgien Jacques Bourgeois établi à Beaubassin avant lui, et celui de Pierre Tibaudeau établi à Chipoudy en 1698.

Sa mort survint probablement en juillet durant sa traversée de France au Canada.

Michel Leneuf eut une carrière bien remplie car il fut à la fois marin, voyageur, trafiquant, seigneur, colonisateur, diplomate et gouverneur. Ce méritant Trifl uvien, homme de confiance de Frontenac, laissa une œuvre inachevée à Beaubassin ; il est regrettable qu’aucun de ses quatre fils ne l’ait continuée.

J.-Roger Comeau

[Certains auteurs ont soutenu que La Vallière accompagnait les pères Dablon* et Druillettes* dans leur expédition vers la baie d’Hudson en 1661 (V. Jean Delanglez, Life and voyages of Louis Jolliet (Chicago, 1948), 151, et Marie de Saint-Jean d’Ars, À la recherche de la mer du Nord, 1661, RHAF, VIII (1954–55) : 220–235). P.-G. Roy le pensait aussi (BRH, XXII (1916) : 26) mais, dans un autre ouvrage, il affirma que La Vallière n’avait pu participer à c’e voyage (Les officiers détat-major, 126–128). Le récit de cette expédition. contenu dans JR (Thwaites), XLVI : 252ss, ne mentionne pas La Vallière. Par conséquent les preuves nous manquent pour affirmer qu’il y prit part. j.-r. c.]

AN, Col., B, 8, f.30v. ; 15, f.83 ; 20, f.228v. ; 22, f.99 ; 23, f.64 ; 25, ff.117, 117v. ; Col., C11A, 5, ff.268, 274, 304, 8, ff.150s. ; 11, ff.92, 97, 221 ; 13, f. 379 ; 14, ff.16, 185s. ; 18, f.24 ; 22, ff.23, 341 ; Col., C11D, 1, f.148 ; 5, ff.10, 81–83 ; Col., E, 277 (dossier de La Vallière), pièces 7, 55 ; Col., F3, 4, ff.493s. ; Section Outre-Mer, G1, 466 (Recensement de l’Acadie, 1686).— AQ, NF, Coll. de pièces jud. et not., liasse 5, pièce 242.— APC, MG 9, B 9, 2.— PRO, C.O. 1/55, 374.— Acadiensia Nova (Morse), I : 24–26, 92s. ; II : 56–58.— Charlevoix, Histoire, I : 388.— Coll. de manuscrits relatifs à la N.-F., I : 291–296, 298s.— Correspondance de Frontenac (1672–1682), RAPQ, 1926–27 : 111, 137.— NYCD (O’Callaghan et Fernow), IX : 304.— Webster, Acadia, 206–8.— P.-G. Roy, Les officiers détat-major, 13, 124–146.— Tanguay, Dictionnaire, I : 381.— Bernard, Le drame acadien, 128–148.— Rameau de Saint-Père, Une colonie féodale, I : 145, 167–182, 243–246, 267–270.— Azarie Couillard-Després, Les gouverneurs de l’Acadie sous le régime français, 1600–1710, MSRC, 3e sér., XXXIII (1939), sect. : 263–265.— Philéas Gagnon, Noms propres au Canada français, BRH, XV (1909) : 121.— Ganong, Historic sites in New Brunswick, MSRC, V (1899), sect. ii : 278, 304s., 315s.— B. T. McCully, The New England-Acadia fishery dispute and the Nicholson mission of August, 1687, Essex Institute, Salem, Mass., Hist. Coll., XCVI (1960) : 278–280.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

J.-Roger Comeau, « LENEUF DE LA VALLIÈRE ET DE BEAUBASSIN, MICHEL (mort en 1705) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 17 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/leneuf_de_la_valliere_et_de_beaubassin_michel_1705_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/leneuf_de_la_valliere_et_de_beaubassin_michel_1705_2F.html
Auteur de l'article:   J.-Roger Comeau
Titre de l'article:   LENEUF DE LA VALLIÈRE ET DE BEAUBASSIN, MICHEL (mort en 1705)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   17 avril 2014